© Jacques Kmieciak
Mémoire

À la FNDIRP, un devoir de transmission

par JACQUES KMIECIAK
Publié le 10 novembre 2021 à 20:25 Mise à jour le 15 novembre 2021

Le 42e congrès de la FNDIRP s’est déroulé à Arras du 4 au 7 novembre. Une petite centaine de délégués avait fait le déplacement. Retour sur ces travaux avec Anita Bauduin, sa secrétaire générale.

Riche de 57 associations départementales (ADIRP), la Fédération nationale des déportés et internés, résistants et patriotes (FNDIRP) revendique 4 200 membres sur le plan national dont 3 000 familles composées de descendants. Dans l’immédiate après-guerre, « nous regroupions 50 000 adhérents. Actuellement, nos déportés et internés disparaissent et les descendants ne répondent pas toujours à nos propositions d’adhésion », regrette Anita Bauduin.

L’enjeu mémoriel à l’école

Le congrès « a permis d’affirmer la nécessité de continuer le travail de mémoire et de transmission », se félicite Pierre Chéret, le président de l’ADIRP 62 ravi de l’accueillir en « cette terre de résistances et de mémoires ». Cet Avionnais dont le père Louis, résistant, a été déporté à

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.
Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal, abonnez-vous à Liberté Hebdo.
Je m'abonne pour 1 mois A partir de 3 € Je m'abonne pour 12 mois A partir de 35 €

Déjà abonné ?

Identifiez-vous