PORTRAIT

Annick Mattighello, la « métallote » aux dix vies

par Mathieu Hébert
Publié le 9 février 2018 | Mise à jour le 18 décembre 2018

Entrée en politique par le militantisme syndical, Annick Mattighello quitte son mandat de maire de Louvroil. Retour sur un parcours exemplaire à bien des égards.

C’est un autre maire qui siège désormais dans son petit bureau de Louvroil. Quelques jours avant de le quitter définitivement, Annick Mattighello y conservait archives et souvenirs, dont quelques paires de gants de boxe, cadeaux de champions du coin, et un portrait de Jean Ferrat orné de cet extrait d’« Excusez-moi » : « Je ne courberai pas la tête / A la fin de mes chansonnettes / Je préfère vous regarder droit  ».

Annick Mattighello, 67 ans, passe le flambeau. Après bien des hésitations, elle abandonne celui qui fut « le plus beau des mandats  », mais qui demande aussi « beaucoup d’énergie  ». Affectée pa

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Béthune-Beuvry Des moyens pour le centre hospitalier

Plus de 400 personnes se sont rassemblées devant le centre hospitalier de Béthune le 5 février à l’occasion de la journée de grève interprofessionnelle. Cet hôpital de proximité n’en finit pas de subir des logiques comptables mises en œuvre par l’Agence régionale de santé.

Après avoir subi en 2018 la (...)

EUROPÉENNES Des candidats à l’écoute du terrain

« Depuis le meeting de Marseille, le 5 février, c’est mieux. Ça a donné la patate. Beaucoup de candidats ont retrouvé la pêche. » Ian Brossat, tête de la liste PCF aux élections européennes, mesure le bon accueil rencontré dans les médias et sur le terrain, à près de cent jours du scrutin. Il participait à (...)

A la Une :

EUROPÉENNES Des candidats à l’écoute du terrain

« Depuis le meeting de Marseille, le 5 février, c’est mieux. Ça a donné la patate. Beaucoup de candidats ont retrouvé la pêche. » Ian Brossat, tête de la liste PCF aux élections européennes, mesure le bon accueil rencontré dans les médias et sur le terrain, à près de cent jours du scrutin. Il participait à (...)

Lire aussi :