Au jeu du vrai ou faux, tout semble facile

par Philippe Allienne
Publié le 1er août 2019 à 17:20

Journaliste au magazine L’Étudiant , Pauline Bluteau fait œuvre de pédagogie sur Parcoursup. Elle décortique ainsi trois « idées reçues » sur la procédure d’admission des candidats :

1. J’ai été refusé sur l’ensemble de mes vœux. Je n’ai plus aucune chance d’intégrer l’enseignement supérieur à la rentrée prochaine.

Réponse de L’Étudiant : « C’est faux. A partir du 25 juin, c’est l’ouverture de la phase complémentaire qui vous permettra de faire dix nouveaux vœux supplémentaires ».

Commentaire de Liberté Hebdo : Sauf que l’on ne peut plus aller vers l’orientation que l’on souhaitait au départ. Sauf aussi que rien n’est de toute façon gagné et que l’on peut se retrouver sur le carreau.

2. Je suis sur liste d’attente et j’ai très peu de chance d’intégrer ma formation.

Réponse de L’Étudiant  : « C’est vrai et c’est faux. Vous allez devoir prendre en compte trois éléments : votre rang sur la liste d’appel, votre rang sur la liste d’attente, le rang du dernier appelé sur la liste en 2018 et 2019 ».

Commentaire de Liberté Hebdo : Désespérant ! Voilà trois éléments qui vous plombent dès lors que vous ne figurez pas parmi les meilleurs ou dès lors que la formation que vous recherchez est surbookée. Cela ressemble fort à une fabrique à échecs.

3. Je ne suis pas satisfait du résultat que j’ai obtenu sur Parcoursup. Je peux demander à faire réexaminer ma candidature.

Réponse de L’Étudiant : « C’est faux. Seuls quelques cas particuliers pourront faire réexaminer leur candidature. »

Commentaire de Liberté Hebdo :On vous l’avait bien dit. Cela se passe de... commentaire.

Ces articles peuvent vous interesser :

Retraites Un gouvernement désespérément sourd

Après plus de deux mois de mobilisation contre la réforme des retraites et une communication gouvernementale qui mise sur l’essoufflement du mouvement, force est de constater que la surdité de l’Élysée et des ministres ne peut effacer le mécontentement. À de très rares exceptions près (danseurs de (...)

Retraites La rue face au passage en force

La motion référendaire tentée le 17 février par le groupe Gauche démocrate et républicaine, à l’Assemblée nationale n’a pas recueilli le nombre de signataires suffisant. Dans l’immédiat, l’idée d’un référendum populaire sur la réforme des retraites ne peut s’appliquer. Mais les (...)

A la Une :

Lire aussi :