Cinq ans après

Chloé Verlhac dit au revoir à Tignous

par Philippe Allienne
Publié le 10 janvier 2020 à 18:25

Après le massacre perpétré à Charlie Hebdo, la veuve du dessinateur Tignous avait été jugée indésirable au marché de Noël de Sancerre où elle devait dédicacer le dernier album de son mari, Murs Murs. La ville de Sancerre est revenue sur sa décision, mais le mal était fait. « Si on a peur, ils ont gagné », disait Tignous. Cinq ans plus tard, la peur et l’autocensure semblent avoir gagné du terrain. Même aux États-Unis, le puissant New York Times a renoncé à la publication des caricatures et autres dessins de presse. Mais Chloé Verlhac refuse d’avoir peur. Elle vient de publier Si tu meurs je te tue (Plon). « Je ne voulais pas que Tignous ne soit que la victime de l’attentat de Charlie. Et pour ça, il fallait donner à voir son travail » déclare-t-elle dans un entretien accordé à Siné Mensuel.

Ces articles peuvent vous interesser :

Cargill Haubourdin Le soutien de la métallurgie CGT

« Si vous ne luttez pas, vous n’obtiendrez rien ! » C’est ce qu’est venu dire Ludovic Bouvier aux ouvriers de Cargill Haubourdin menacés par une restructuration. Le responsable régional de l’Union syndicale des travailleurs de la métallurgie CGT (USTM-CGT) est venu apporter son soutien lors de (...)

Lille Les Algériens fêtent le nouvel an berbère

La manifestation hebdomadaire des Algériens, place de la République à Lille, a donné l’occasion, samedi 11 janvier (soit avec un jour d’avance), de fêter Yennayer, le jour de l’an des Berbères. Si les slogans dégagistes et anti-système algérien étaient toujours scandés, des pâtisseries, fruits et (...)

A la Une :

Lire aussi :