Témoignage

Dépistage : entre principes et réalité

Publié le 29 mai 2020 à 18:13

Une lectrice atteinte du Covid-19 nous a fait part de son désarroi face à la difficulté de se faire dépister, en plein cœur de la métropole lilloise, au milieu du mois de mai. Elle nous explique pourquoi elle a finalement dû y renoncer, malgré l’importance des tests pour endiguer l’épidémie alors que le pays se déconfine progressivement.

Face à de nombreux symptômes laissant suspecter le Covid-19 (fièvre, courbatures, perte de goût et d’odorat, problèmes digestifs...), je décide de consulter mon médecin par visioconférence. Celle-ci me prescrit assez rapidement un test de dépistage à effectuer dès que possible. Le lendemain, après avoir patienté environ une demi-heure à l’extérieur du laboratoire de mon quartier, on me renvoie chez moi : ici, on n’effectue que des tests sérologiques. Or, ayant des symptômes depuis seulement une semaine, le test ne saurait détecter des anticorps. J’avais pourtant précisé ces informations au téléphone avant de me déplacer, et il ne semblait ne pas y avoir de problème à ce moment-là.
La biologiste m’indique un drive à Lille-Sud, à l’autre bout de la ville. Je lui réponds que je n’ai pas de voiture. Elle me demande alors si je connais quelqu’un qui pourrait m’y emmener. Dubitative, je pense à mes proches que je pourrais contaminer en partageant leur voiture... Sa collègue pense ensuite à un autre lieu de dépistage. De retour chez moi, j’appelle le laboratoire auprès duquel je prends rendez-vous, au plus tôt, c’est-à-dire cinq jours plus tard. Après dix minutes de questionnements médicaux, on me donne l’adresse du drive, qui ne correspond finalement pas à celle du laboratoire. Je réalise qu’il se situe à deux kilomètres de chez moi, inaccessible en transports en commun.
Le jour J, mon état de fatigue me rend incapable d’effectuer cette marche. J’annule finalement le rendez-vous, en me disant que le test n’aurait de toute façon que confirmé une certitude...

> Caroline, enseignante à La Madeleine

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.


Je m’abonne pour un mois
A partir de 5€

Je m’abonne pour un an
A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Aulnoye-Aymeries Robert Lacombled nous a quittés

Robert Lacombled est parti dans son sommeil avant d’atteindre ses 80 printemps, dans la nuit du 1er au 2 juillet. Il se sera battu jusqu’à son dernier souffle pour le bien collectif. Longtemps secrétaire de la section PCF à Aulnoye-Aymeries, il veillait sur la ville avec attention. Des Nuits (...)

Agfa 175 postes suspendus à Pont-à-Marcq

Agfa, la maison belge de l’impression offset et numérique annonce l’arrêt de ses activités sur le site de Pont-à-Marcq. « Après avoir examiné l’ensemble des options envisageables, Agfa n’a désormais plus d’autre choix que d’envisager l’arrêt des activités de ces deux sites et à informer, en ce (...)

A la Une :

Vote par procuration : mode d’emploi

Un électeur absent ou empêché peut choisir un autre électeur pour accomplir à sa place les opérations de vote. Ils doivent être inscrits sur les listes électorales dans la même commune mais pas nécessairement dans le même bureau de vote. Il faut se rendre au tribunal judiciaire ou de proximité, au (...)

Lire aussi :