Édouard Philippe sur France 2

Et pan sur la solidarité

par JEAN-LOUIS BOUZIN
Publié le 23 mars 2020 à 16:01

Mardi au « 20 heures » de France 2, Anne- Sophie Lapix repose la question à Édouard Philippe : « Allez-vous empêcher les licenciements ? » Le Premier ministre a répondu à côté une première fois. Impossible de se dérober une seconde fois. Conscient de jeter un froid, il lâche néanmoins pour « être parfaitement clair, interdire les licenciements, je ne pense pas qu’il faille en arriver là ».

Et pan sur la solidarité ! Cette belle valeur humaine que nos généraux brandissent volontiers en ces temps de « guerre » vient de prendre une volée de plomb. Pour eux, la solidarité s’entend d’abord en faveur des entrepreneurs et des actionnaires, « quoi qu’il en coûte » a dit Emmanuel Macron.

Le gouvernement leur a déjà signé un premier chèque de 45 milliards d’euros afin de les « assister ». Pas question d’aller inquiéter la Bourse en remettant en cause la sacro- sainte possibilité de réduire les effectifs pour se rattraper financièrement. Il n’y aura pas de plans dits « sociaux » durant « la crise sanitaire » ont précisé les services du ministère du Travail, de la même façon que la réforme des assurances-chômage ou celle des retraites sont reportées. Oui, mais après la « crise »  ?

Ce soir-là face à Anne-Sophie Lapix, le Premier ministre n’a pas omis d’applaudir à nouveau les personnels hospitaliers qui se battent en première ligne, au risque de leur propre santé. Oui, mais après, quelle solidarité concrètement envers ces « braves » ? Les applaudissements, cela ne mange pas de pain.

« À la fin, on aura des comptes à demander » a prévenu, une heure après l’intervention d’Édouard Philippe, le chef du service des urgences de l’hôpital Avicenne à Paris. Là encore, le gouvernement peut estimer ne pas devoir en arriver à satisfaire les revendications de l’hôpital public dont la situation aggrave la « crise sanitaire ». Attention, les guerres, parfois, débouchent sur des mutineries.

Ces articles peuvent vous interesser :

Aisne Tergnier prend son temps pour le deuxième tour

« C’est la double peine avec le déclenchement du confinement. On paie les indécisions du gouvernement et les fermetures des lits et des hôpitaux de proximité » proteste Aurélien Gall, premier secrétaire du PCF dans l’Aisne. Au lendemain du 1er tour des municipales, le jeune papa aurait bien voulu (...)

Vos témoignages de soutien envers les personnels soignants

Vous avez été très nombreux à répondre à notre appel sur les réseaux sociaux pour soutenir les personnels de santé, qui sont en première ligne dans la lutte contre cette épidémie et risquent chaque jour leur vie pour en sauver. Malheureusement, cinq d’entre eux ont déjà succombé au (...)

Vers une mise à l’abri sur le littoral Nord-Pas-de-Calais

Dans la perspective d’une évacuation et d’une mise à l’abri des personnes exilées de Calais et de Grande-Synthe, les associations d’aide aux exilés apprécient l’ouverture de dispositifs d’hébergement sur le littoral. La situation dramatique de ces personnes fuyant la guerre et les persécutions est en effet (...)

Covid-19 Les non-soignants souffrent aussi

Lorsque le président de la République a fait sa première annonce, il y a deux semaines, le personnel soignant hospitalier était déjà dépassé. Sa dernière annonce, ce 25 mars, porte enfin sur son engagement, « à l’issue de cette crise », de lancer « un plan massif d’investissement et de (...)

A la Une :

Coronavirus Appel au don du sang

En ces temps de crise sanitaire sans précédent, nos concitoyens malades ont toujours besoin de vos dons du sang. Malgré le confinement mis en place, les Français sont autorisés à se rendre dans l’Établissement français du sang (EFS) le plus proche de son domicile pour y donner son sang (sous réserve (...)

Coronavirus Soutenez les personnels de santé

Pour faire face à cette épidémie sans précédent, les personnels soignants, déjà éprouvés par des conditions de travail difficiles et des moyens insuffisants, sont en première ligne pour nous soigner et nous protéger. Ce sont aussi les premiers à être infectés par la maladie.

Afin de les remercier et leur (...)

Lire aussi :