Enquête sur l’islamo-gauchisme à l’université

« Frédérique Vidal doit démissionner ! »

Publié le 19 février 2021 à 17:41

C’est en tout cas l’avis de l’Union des étudiants communistes (UEC) suite à l’annonce plus que surprenante de la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Frédérique Vidal, de vouloir commander au CNRS une étude sur « l’islamo-gauchisme » à l’université. Voici leur réaction :

Lundi 15 février, lors d’une interview sur CNews, Frédérique Vidal, ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche a indiqué vouloir demander une enquête au CNRS sur l’“islamo-gauchisme à l’université”.
Nous sommes surpris de voir ainsi la ministre utiliser un pseudo-concept d’extrême droite et de s’attaquer ainsi au CNRS.
Après s’être attaquée aux enseignants et enseignantes chercheuses avec sa Loi de Programmation et de la Recherche, après avoir abandonné les étudiants et les étudiantes à leur sort et devant leurs écrans pendant la crise, voici qu’elle essaye de détourner l’attention de la destruction de l’université qu’elle opère avec l’écran de fumée qu’est “l’islamo-gauchisme”.
Surtout, par ses propos, elle décrédibilise les chercheurs et chercheuses françaises, en les faisant passer, non pas pour des scientifiques, mais comme des militants et militantes voulant s’attaquer aux valeurs de la République.
C’est une honte de voir un ministre de l’ESR s’attaquer de la sorte à la recherche française et aux sciences sociales.
L’UEC dénonce ce procédé. La ministre de l’Enseignement supérieur et la Recherche doit démissionner. L’Union des étudiants et des étudiantes communistes revendique : 

  • Un plan de lutte contre la précarité étudiante : l’instauration d’un revenu étudiant, au-dessus du seuil de pauvreté et financé par les cotisations sociales, un investissement massif dans le Crous, l’ouverture de 500 000 logements étudiants supplémentaires.
  • Un investissement massif dans l’enseignement supérieur et la recherche.
  • Un retour en présentiel à l’université avec une jauge de 50 % par groupe, cela nécessite le recrutement et la titularisation de personnels éducatifs.
  • Un plan de rattrapage du retard accumulé.

(Photo : © Jérémy Barande / Ecole polytechnique Université Paris-Saclay / CC BY-SA 2.0)

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.


Je m’abonne pour un mois
A partir de 5€

Je m’abonne pour un an
A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Douaisis Distribution solidaire devant l’Université d’Artois

Samedi 20 février, environ 80 étudiants ont pu bénéficier de la collecte réalisée par les militants communistes, sous l’impulsion de François Larivière, membre de l’Union des étudiants communistes, et de la section PCF du Douaisis. Cet après-midi là, ils ont distribué des denrées alimentaires mais aussi (...)

Simon Agnoletti L’écran de fumée permanent du gouvernement

Frédérique Vidal a passé une semaine compliquée. Prise au milieu de la tourmente sur l’islamo-gauchisme, elle tente de sortir de cette mauvaise passe en annonçant la gratuité des protections périodiques pour les étudiantes à la rentrée 2021. Financement ? Organisation ? Durée de l’opération ? Les (...)

Jérôme Leroy Le nouvel « en même temps » de Macron

On se doutait déjà, depuis son élection, que le « en même temps de droite, en même temps de gauche » de Macron ne voulait rien dire et masquait surtout une politique qui serait économiquement de droite et, à la marge, sociétalement de gauche. Et encore ne faut-il pas être trop exigeant sur le (...)

Audrey Pulvar Il faut écouter les victimes

Adjointe à la mairie de Paris et candidate à la Présidence de la Région Île-de-France, l’ancienne journaliste a raconté (à France Inter) ce qu’ont vécu ses cousines, violées dans leur enfance par son père, Marc Pulvar, syndicaliste et nationaliste martiniquais. « Quand vous êtes la fille d’un monstre, (...)

A la Une :

Défusion ? Du divorce dans l’air à Bruay-La-Buissière

L’élection, cet été, à la tête de Bruay-La-Buissière de Ludovic Pajot (Rassemblement national) a tendu les relations entre Bruay et la commune associée de Labuissière au point qu’un nombre croissant de Labuissiérois envisagerait volontiers une défusion. Le mariage avait été célébré en 1987, du temps où (...)

Lire aussi :