Éric Michel/Wikimedia commons
Anticor dans la tourmente

L’association anticorruption au défi de la transparence

par Philippe Allienne
Publié le 2 avril 2021 à 12:32

Où va Anticor ? Créée en 2003 par le juge Éric Halphen et par Séverine Tessier, l’association anticorruption se donne pour objectifs de réhabiliter la démocratie représentative, de promouvoir l’éthique en politique, de lutter contre la corruption et la fraude fiscale. Mais elle fait aujourd’hui l’objet d’un fort soupçon de non-transparence. Le renouvellement de son agrément, attendu ces jours-ci, pourrait lui être refusé.

Alors administrateur d’Anticor, Lionel Bretonnet met les pieds dans le plat en novembre 2018, à l’occasion d’une réunion du conseil d’administration. « J’avais alors découvert, raconte-t-il, que l’association bénéficiait de l’apport d’un donateur anonyme dont aucun administrateur ne connaissait le nom. C’est ahurissant. » Lorsqu’il pose la question, il n’obtient aucune réponse et on lui explique que ce donateur ne souhaite pas être connu.
Qu’à cela ne tienne. Après le CA, il prend contact avec le président, Jean-Christophe Picard, et ne s’en laisse pas compter. Le président cède et lui lâche le nom de Hervé Vin

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.
Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal, abonnez-vous à Liberté Hebdo.
Je m'abonne pour 12 mois A partir de 35 €

Déjà abonné ?

Identifiez-vous