DOSSIER : PRÉCARITÉ DES ÉTUDIANTS

L’ombre de la prostitution

par Justine Frémy
Publié le 22 novembre 2019 à 18:33

« Romantique, passion et pas de prêt étudiant. Sortez avec un Sugar Daddy ou Sugar Mama ». Ce slogan, c’est celui de la publicité honteuse d’un site de « rencontres » qui circulait devant les universités à Paris en 2017, incitant les étudiant(e)s à se prostituer pour financer leurs études. Auparavant, on les appelait « escort » ou « call-girl » , maintenant de sont des « sugar babies » . Comprendre de jeunes étudiant(e)s qui se font entretenir par des hommes ou femmes plus âgés et fortunés, sous couvert d’une relation « à bénéfices réciproques ».

Difficilement quantifiable c

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

A la Une :

Lire aussi :