Alice Labro-Terrier

« L’université n’est pas plus, ni moins, contagieuse qu’un lycée »

Publié le 22 janvier 2021 à 16:37

Mercredi 20 janvier, les étudiants ont manifesté partout en France pour réclamer le retour des cours en présentiel. À Lille, ils se sont réunis devant le siège de l’université, rue Paul-Duez, à 14 h 30. Alice Labro-Terrier, qui a pris la parole au nom des Jeunes communistes du Nord, a mis l’accent sur la souffrance psychologique des étudiants qui ont de plus en plus de mal à supporter l’isolement. Elle dénonce des « journées rythmées par des cours en visioconférence qui fatiguent la vue et l’esprit et ne permettent pas d’apprendre correctement ». Les étudiants ont donc demandé unanimement la réouve

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.


Je m’abonne pour un mois
A partir de 5€

Je m’abonne pour un an
A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Mots clés :

étudiants

Ces articles peuvent vous interesser :

Douaisis Distribution solidaire devant l’Université d’Artois

Samedi 20 février, environ 80 étudiants ont pu bénéficier de la collecte réalisée par les militants communistes, sous l’impulsion de François Larivière, membre de l’Union des étudiants communistes, et de la section PCF du Douaisis. Cet après-midi là, ils ont distribué des denrées alimentaires mais aussi (...)

Audrey Pulvar Il faut écouter les victimes

Adjointe à la mairie de Paris et candidate à la Présidence de la Région Île-de-France, l’ancienne journaliste a raconté (à France Inter) ce qu’ont vécu ses cousines, violées dans leur enfance par son père, Marc Pulvar, syndicaliste et nationaliste martiniquais. « Quand vous êtes la fille d’un monstre, (...)

Simon Agnoletti Précaires, en galère, mais toujours déter’

C’est ainsi que nous pourrions résumer la situation des étudiant·es en France depuis le début de la crise de la Covid-19. Précaires, c’était leur situation il y a un an, quand ils devaient cumuler en plus de leurs études des petits boulots pour pouvoir subvenir à leurs besoins. Deux confinements plus (...)

A la Une :

Défusion ? Du divorce dans l’air à Bruay-La-Buissière

L’élection, cet été, à la tête de Bruay-La-Buissière de Ludovic Pajot (Rassemblement national) a tendu les relations entre Bruay et la commune associée de Labuissière au point qu’un nombre croissant de Labuissiérois envisagerait volontiers une défusion. Le mariage avait été célébré en 1987, du temps où (...)

Lire aussi :