Maires dans la pandémie

La priorité : ne laisser personne de côté

Publié le 17 avril 2020 à 12:13 | Mise à jour le 20 avril 2020

Un concert au pied des Ehpad, la réouverture d’un marché ou la distribution des masques, les initiatives ne manquent pas dans les communes de notre région. Réélus ou pas au soir du premier tour, les élus municipaux font face à la pandémie et compensent avec leurs moyens les faiblesses de l’État.

Au premier chef, les personnes en difficulté sont suivies avec une attention particulière par les salariés du CCAS à Avion. « Les distributions alimentaires continuent comme avant et les services municipaux ont pris la relève » précise Jean-Marc Tellier, maire de la commune, tous les jours sur le pont pour chaque question. Attentif à l’urgence, avec les élus et le personnel communal, toutes les personnes isolées ont été contactées, les habitant(e)s de plus de 80 ans ont reçu une visite. Solidarité, entraide et proximité sont plus que jamais les maîtres mots dans ces circonstances particulières.

Un système de « drive » de courses a été mis en place. Les repas à domicile sont maintenus et plus de 900 foyers sont concernés. Ce n’est pas une mince affaire avec les gestes barrières. Une vidéo conférence permet de faire le point chaque après-midi entre les élus et les services.

1 400 courriers ont été envoyés aux habitants de 70 à 80 ans pour les informer de ce qui était mis en place et maintenu à disposition du public. « Tous les matins, une cellule téléphonique en mairie prend les appels » rappelle le maire. Il est personnellement intervenu sur deux déménagements d’urgence. L’un pour une maman avec un bébé. Le second, suite à un incendie chez une personne âgée de 82 ans. « Les fonctionnaires et les services de la préfecture sont sur le pont avec nous.  » Même si les contacts physiques sont limités le plus possible, le péri-scolaire ou le centre de loisirs sont maintenus pour les enfants des personnels soignants ou requis.

Les associations mobilisées pendant la pandémie
Distribution alimentaire assurée par le Secours populaire français à Seclin
© Droits réservés

Et la ville s’est lancé un défi : celui de confectionner des masques pour tous. Avec le centre culturel, 191 volontaires, couturières et couturiers, ont déjà réalisé 5 000 exemplaires. Une collecte de tissus, de fournitures et la fabrication déploient toute une chaîne de solidarité à Avion. « En tant que maire, on a l’impression d’être en première ligne » confie Jean-Marc Tellier qui souhaiterait plus de concertation et de proximité. En attendant, l’élu communiste réserve son bilan à l’après-crise. Dans l’action chaque jour, il souhaite préserver la cohésion et le bon esprit qui règnent sur le terrain.

Entraide et solidarité

À Seclin aussi, la solidarité est en œuvre depuis le début de l’épidémie. Avec un seul objectif : la population. Bernard Debreu a mis en place un numéro vert [1]. Une quarantaine de bénévoles apportent leur soutien régulier aux personnes isolées ou handicapées pour les courses, les travaux quotidiens... L’entraide et l’aide d’urgence, par les bénévoles du Secours populaire, avec la coopération de l’épicerie solidaire et de l’A.D.E permettent un soutien chaque semaine, voire deux fois par semaine, à une soixantaine de familles. Des bénévoles ont réalisé des masques avec visière qui ont été remis le 15 à l’hôpital et aux policiers. Plus de 900 masques en tissu réalisés par des couturières bénévoles ont été livrés à partir de mercredi. « Nous attendons les retours de commandes de masques pour pouvoir équiper toute la population » précise le maire. En attendant, la réserve de masques FFP2 a été donnée à l’hôpital de Seclin, aux infirmières et professionnels médicaux de la ville. Le centre de loisirs fonctionne pour les enfants des infirmières et des pompiers. « J’ai été informé ce mercredi par le préfet que notre demande de réouverture du marché était acceptée » se réjouit Bernard Debreu. Le marché municipal, uniquement pour les commerçants alimentaires, se tiendra donc à partir de lundi matin. Une bonne nouvelle pour les Seclinois(es) même si la mise en œuvre demande beaucoup d’attention, notamment pour le respect des précautions sanitaires obligatoires.

D’abord la sécurité pour tous

Dans le Douaisis, les maires doivent aussi faire avec les moyens disponibles et déploient des trésors d’ingéniosité pour apporter des solutions à leurs concitoyen(ne)s dans une situation hors du commun. Maryline Lucas, largement réélue à Guesnain dans une triangulaire au premier tour, ne lâche pas le terrain. « Ma vie de maire n’a pas changé » annonce-t-elle d’emblée. L’humain d’abord n’est pas un slogan chez elle, mais une façon de vivre. Elle fait même les courses elle-même pour les personnes âgées de la commune. « En respectant toutes les règles de sécurité, mais ce qui prime c’est toutes les belles choses qui émergent de cette crise. Les gens de bonne volonté qui viennent aider, tout comme le personnel communal qui, malgré les contraintes, continue de remplir sa mission. ». Par contre, elle ne ménage pas sa colère vis-à-vis du président et du gouvernement (lire notre article).

Maintenir le lien social
Un concert a été organisé au pied de l’Ehpad d’Aulnoye-Aymeries par le maire, Bernard Baudoux.
© Droits réservés

À Waziers, Jacques Michon, en ballottage au soir du premier tour, n’en continue pas moins de gérer les affaires communales. Avec un entrain redoublé même, car seule la population prime. Le maire fait tout son possible pour être disponible. Tous les matins en mairie pour la permanence et l’après-midi en réunion avec les jeunes, les bénévoles, pour la communication... ça ne chôme pas. Une permanence téléphonique est assurée chaque jour de 10 h à 12 h. Les personnes âgées et fragiles sont appelées ou visitées régulièrement. «  Les jeunes bénévoles font un boulot remarquable » souligne le maire. Pour les courses et la pharmacie, la mairie a mis en place un transport gratuit, avec la location exceptionnelle de deux véhicules neuf places. « Avec la fermeture des déchèteries, nous avons dû mettre en place un service de ramassage pour les tontes de pelouse, chaque jeudi. »

Lire aussi Onnaing : la solidarité, un marqueur fort.

Mais les plaisirs culturels ne sont pas oubliés non plus. Chaque vendredi, les livres réservés à la bibliothèque via le site internet, sont déposés chez les habitants en même temps que la reprise des livres lus. Le sport n’est pas négligé non plus. Les animateurs sportifs ont mis en ligne des vidéos pour des exercices à domicile et des ateliers de fabrication de matériel ! Pour les scolaires, le tirage et la diffusion du matériel pédagogique est assuré pour les familles n’ayant pas les moyens informatiques à disposition. Un kiosque musical en ligne devrait voir le jour lundi à partir de 19 h en lien avec l’école de musique. Un animateur et une dame de service sont mobilisés pour le centre de loisirs et la cantine des enfants des soignants. « Nous prenons en charge tous les frais de cantine », ajoute le maire.

À Aulnoye-Aymeries, la mairie met en œuvre tout ce qui est possible pour soutenir la population et venir en aide aux plus fragiles. Parmi toutes les initiatives, un concert plein de chaleur et d’humanité a été organisé mercredi devant l’Ehpad d’Aulnoye-Aymeries avec Max & Co, Suzane Grimm et le maire, Bernard Baudoux, pour le bonheur des résidents, des soignants et des 7 000 personnes qui ont pu le suivre sur Facebook.

Pour voir le concert d’Aulnoye-Aymeries, c’est ici :

Notes :

[108 00 08 23 44 du lundi au vendredi de 10 h à 12 h et de 14 h à 16 h pour tous les habitants de Seclin.

Quelques photos :

Ces articles peuvent vous interesser :

Renault MCA Maubeuge : retour en images sur la marche du 30 mai

Samedi 30 mai, plus de 8 000 personnes ont marché de l’usine MCA Maubeuge jusqu’à l’hôtel de ville pour contester le plan de fusion avec l’usine Renault de Douai. Élus, syndicalistes, salariés et citoyens étaient réunis ce matin contre ce projet, pour préserver les emplois et le savoir-faire de l’usine de (...)

Témoignage Dépistage : entre principes et réalité

Une lectrice atteinte du Covid-19 nous a fait part de son désarroi face à la difficulté de se faire dépister, en plein cœur de la métropole lilloise, au milieu du mois de mai. Elle nous explique pourquoi elle a finalement dû y renoncer, malgré l’importance des tests pour endiguer l’épidémie alors que le (...)

Spycker De la terre à l’assiette

Il n’y a pas de travail plus noble selon les Grecs anciens. La terre, et ses produits, ont de moins en moins de travailleurs disponibles. Les profits, eux, n’ont jamais été aussi importants pour les grands groupes agro-alimentaires et la pression si forte sur les épaules des paysans au bord de (...)

Camélia Jordana Pour une police républicaine !

Il faut être déséquilibré ou ne pas tenir sur ses deux jambes pour souhaiter que la police française ne puisse pas travailler dans un cadre républicain. C’est le problème de fond qu’a soulevé Camélia Jordana, actrice et chanteuse, lors de l’émission de Laurent Ruquier « On n’est pas couché » le 23 mai (...)

Ô mon scrutin ! (air connu)

C’est le plus beau des scrutins. Le Conseil d’État a néanmoins demandé lundi au Conseil constitutionnel de se pencher sur son cas via une question prioritaire de constitutionnalité - dire QPC pour faire court et instruit -. La loi d’urgence du 23 mars qui assume le premier tour et engage sur le report (...)

A la Une :

Déconfinement Comment bien porter un masque ?

Le port du masque est désormais obligatoire dans certains lieux publics, notamment dans les transports, mais aussi dans les magasins, chez le médecin, sur le lieu de travail, etc. Voici comment bien porter un masque pour se protéger et protéger les autres.
Comment porter un masque chirurgical en (...)

Lire aussi :