MORT DE CHRISTINE RENON

« La reconnaissance de la responsabilité de l’administration est une bonne avancée »

par Philippe Allienne
Publié le 10 janvier 2020 à 19:57 | Mise à jour le 18 janvier 2020

Trois mois après le suicide de Christine Renon, la directrice d’école maternelle de Pantin (93) qui s’était suicidée en septembre dans son établissement, le rapport de l’Inspection générale de l’Éducation nationale reconnaît la responsabilité de l’administration.

Deux jours avant de passer à l’acte, Christine Renon (58 ans) avait écrit une longue lettre pour dénoncer ses conditions de travail. Ses collègues de Pantin en étaient destinataires. Elle expliquait son épuisement, la solitude des directeurs d’école, les réformes incessantes et contradictoires. Dans la ville où elle exerçait, de nombreuses demandes de mutation des enseignants, bien supérieures à la moyenne, avaient été constatées. Elles atteignaient 28,5 % en 2019. Christine Renon évoquait également le risque d’une fermeture de classe, ce qui n’a pas été confirmé par l’enquête de l’Inspection générale.

« Décision coutumière »

On notera cependant que, selon le ministère de l’Éducation, cette reconnaissance relève d’une « décision coutumière de l’administration dans ce genre de circonstances, car elle permet d’assurer une protection maximale aux ayant-droits ». Est-ce une façon de faire un pas en avant et trois pas en arrière ?

Pour Faustine Otin, directrice d’école à Bruay-sur- Escaut, il faut voir dans la position de l’Inspection générale une « grande avancée » . Cette reconnaissance de la responsabilité de l’Éducation nationale, et plus précisément de l’administration, dans la mort de Christine Renon implique les services. « On ne peut pas parler de décision systématique , dit-elle, quand on connaît les précédents historiques » . Elle évoque le cas des salariés de France Télécom, mais aussi les nombreux exemples constatés dans l’Éducation nationale par les psychologues du travail.

Plus rien ne sera comme avant

Elle se dit persuadée que désormais, plus rien ne pourra se passer comme avant. Même si, à Pantin, on pouvait relever des éléments particuliers comme les mauvaises relations des écoles avec la Ville ou, plus grave, des accusations d’attouchements sur élèves, ce qui vient de se passer devrait changer l’attitude de la hiérarchie par rapport à la souffrance au travail des enseignants.

« Nous verrons à l’épreuve des faits, mais nous avons obtenu l’assurance de l’Académie du Nord que lorsqu’un ou une collègue aura des problèmes ou affichera par exemple un burn out, elle ou il bénéficiera d’un assistance et d’un accompagnement » . Faustine Otin veut se montrer optimiste sachant que l’on part de loin. « C’est le système global qui est en cause, dit-elle. Les enseignants ont de plus en plus souvent l’impression de ne jamais faire suffisamment bien, voire de ne pas savoir faire. Ils ont l’impression qu’on ne leur fait pas confiance. À la longue, cela pèse sur le moral ».

Ces articles peuvent vous interesser :

Retraites 49-3, l’ombre du débat

49-3, l’arme fatale de ceux qui n’ont pas confiance dans leur propre majorité, non ? Et non ! Ici, l’Assemblée nationale est à leurs mains, à leurs bottes même. Ils ont la majorité absolue. Ils sont sûrs de faire voter leur projet (sauf épidémie bien évidemment). Ils n’ont pas envie (...)

SIA 2020 Agriculteur, une profession à risques

Au-delà du cinéma habituel autour de la visite des têtes de ponts de partis politiques, le salon a ses rituels et durant dix jours, il fait de l’agriculture la préoccupation majeure des Français. Mais les premiers dont nous devrions nous soucier sont souvent devenus des (...)

Municipales 2020 3 questions à Manuel Garcia

Qu’est-ce qui a vous décidé à être candidat à la mairie ?

Ça fait 15 ans que je vis dans la commune. En 2014, j’étais candidat aux côtés de Bernard Éthuin. J’ai accepté de prendre la responsabilité pour une liste d’ouverture à gauche, rajeunie, renouvelée à près de 80 %. Nous voulons (...)

Encore un mauvais coup contre les enseignants

Rien ne va décidément plus dans l’Éducation nationale. Si elle est peu médiatisée, une pétition circule actuellement pour soutenir le réseau Canopé menacé de démantèlement.

Canopé, c’est le Réseau de création et d’accompagnement pédagogique qui a pris la succession du Centre national de documentation (...)

En souvenir de Christine Renon

Son geste avait bouleversé la communauté éducative, bien au-delà de la Seine-Saint-Denis. Le 21 septembre 2019, Christine Renon, directrice de l’école Mehul à Pantin mettait fin à ses jours dans le hall de son établissement. D’après un communiqué publié vendredi dernier par le syndicat d’enseignants du (...)

A la Une :

Lire aussi :