Service public

La SNCF s’emmêle les aiguillages

Publié le 18 juin 2019 à 17:13

Le 4 juin, les cheminots ont montré dans la rue leur détermination à faire respecter leur outil de travail et le service public. Depuis les sacrifices faits sur le fret ferroviaire, pour soi-disant permettre la concurrence libre et non faussée, le gouvernement a bien du mal à faire admettre un point de vue très éloigné du bon sens et de l’équilibre social, économique et écologique.

Il suffit de point le cas du train frigorifique Perpignan- Rungis, toujours menacer de disparaître, au risque de déstabiliser la filière fruits et légumes de toute une région. Sans parler du bilan carbone désastreux engendré par le nombre de camions nécessaires pour assurer les mêmes volumes de livraison chaque jour à Rungis, plus de 25 000 véhicules supplémentaires par moi sur des autoroutes et routes déjà saturées.

Tout comme les propositions faites, notamment

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Marcel Rocq Un vétéran du PCF disparaît

Ce jeudi 26 septembre, nous avons appris la disparition de Marcel Rocq à l’âge de 77 ans. Marcel fut un de ces hommes de conviction, idéaliste, humble ne comptant pas ses heures pour le Parti communiste français. Il a été adjoint au maire de Calais aux fêtes de 1977 à 1983, mais également premier (...)

A la Une :

Lire aussi :