Covid-19

La surveillance numérique à l’échelle mondiale

Publié le 9 avril 2020 à 18:52 | Mise à jour le 10 avril 2020

L’idée de traquer les individus à l’aide de leurs smartphones pour assurer le déconfinement est venue des pratiques observées dans d’autres pays, moins regardant sur les libertés individuelles ou plus accoutumés à la technologie, notamment en Asie. Mais aussi, de plus en plus, dans les pays occidentaux.

La gestion de la crise par la Corée du Sud, la Chine, Taïwan ou Singapour, qui ont massivement utilisé les nouvelles technologies pour surveiller leurs habitants, échappant ainsi au confinement total, a souvent été érigée en modèle. Ainsi, en Corée du Sud, les personnes malades sont mises en quarantaine obligatoire et une application sur smartphone développée par le ministère de l’Intérieur sud-coréen permet de vérifier, grâce à leur GPS, qu’ils restent bien chez eux. Le gouvernement a d’ores et déjà proposé de partager sa technologie avec d’autres pays s’ils le souhaitent, tout comme Singapour. Ce dernier propose une application qui avertit les personnes non infectées si elles ont fréquenté une zone au même moment qu’une personne déclarée positive par la suite. En France, cela remplacerait les enquêtes de l’ARS qui essayait de retracer les contacts au début de l’épidémie.

À Taïwan, le gouvernement est allé un cran au dessus, en intimant aux habitants d’envoyer des selfies depuis chez eux plusieurs fois par jour afin de prouver qu’ils respectent bien le confinement. Un journaliste taïwanais, Milo Hsieh, raconte sur Twitter avoir vu débarquer la police chez lui en moins d’une heure le jour où son téléphone s’est éteint faute de batterie. Et à Hong Kong, le gouvernement utilise même des bracelets électroniques pour s’assurer du bon respect du confinement, une véritable « liberté conditionnelle ».

Et que dire de Wuhan où le déconfinement a enfin pu commencer, mais dont les déplacements des habitants restent soumis aux résultats d’une application de traçage ? C’est le même type d’application que celle utilisée à Singapour (et que la France souhaite mettre en place sous le nom de « StopCovid ») sauf qu’ici, elle ne se contente pas d’informer les utilisateurs sur leurs chances d’avoir croisé récemment une personne contaminée pour les inciter à aller se faire dépister, elle leur attribue chaque jour une couleur - verte, orange ou rouge - qui détermine leur capacité à se déplacer librement.

Si vous êtes un citoyen « vert » (comprendre : vous n’avez pas croisé de malades récemment d’après vos données GPS), vous avez le droit de vous déplacer, prendre le bus, le train ou l’avion. Si vous êtes « orange » (comprendre : selon votre GPS, vous avez sans doute croisé un malade lors de vos déplacements récents, qui vous a donc potentiellement contaminé), l’accès aux moyens de transport vous est interdit et vous devez rester confiné chez vous pendant une semaine. Si vous êtes « rouge » (comprendre : vous êtes très probablement infecté), vous devez rester confiné chez vous pendant deux semaines. Une application à l’extrême des possibilités apportées par la technologie de traçage, digne d’un épisode de la série Black Mirror.

La surveillance se répand

Mais les occidentaux eux aussi ont rapidement vu arriver ce type d’initiatives. D’abord en Israël, qui utilise sa technologie anti-terroriste pour lutter contre un « ennemi invisible » bien qu’elle puisse « enfreindre les libertés individuelles des patients » comme l’a indiqué Benyamin Netanyahou. Mais aussi aux États-Unis, où le gouvernement s’est associé avec Facebook et Google (plutôt qu’avec les opérateurs télécoms) pour cartographier l’évolution de la pandémie et même suivre les symptômes de la maladie via des questionnaires en ligne. Des entreprises de télésurveillance ont même proposé d’installer des caméras thermiques pour repérer des malades potentiels, comme en Chine.

En Europe, l’Espagne et l’Italie ont vu arriver le tracking GPS dans les zones les plus touchées, quand la Pologne, elle, a mis en place le même système de reconnaissance faciale qu’à Taïwan pour surveiller les habitants revenant d’un voyage à l’étranger. Encore plus proche de nous, notre voisin belge utilise déjà les données agrégées et anonymisées des opérateurs télécoms pour prédire la propagation de l’épidémie.

Le futur n’a jamais été aussi actuel.

Lire aussi notre article « Smartphone, un espion dans la poche ? »

Ces articles peuvent vous interesser :

Feuilleton La vie secrète de JPM (9)

JPM vous propose de suivre un feuilleton inédit qui vous plonge dans son quotidien durant le confinement : « La vie secrète de JPM ». Dans l’épisode précédent, il se fait arrêter par la police avec ses compagnons de La Chope avant de rentrer voir tata Rosa qui ne répond pas.
Jeannot et moi avons (...)

La campagne de France Le Nord envahi

Depuis septembre 1939, la « drôle de guerre » est faite d’escarmouches, de reconnaissances, de coups de main. Des corps francs partent au renseignement, faire des prisonniers ou tester les défenses ennemies. Les avions s’affrontent mais au sol, c’est l’attente. Les Allemands en ont fini avec (...)

Onnaing Xavier Jouanin interpelle Muriel Pénicaud

Ce mardi matin 19 mai, le maire d’Onnaing Xavier Jouanin était à Toyota pour accueillir la ministre du Travail, Muriel Pénicaud. Si la visite de la ministre concernait la reprise du travail post-confinement sur fond de partenariat social entre la direction de Toyota et les représentants du (...)

A la Une :

Déconfinement Comment bien porter un masque ?

Le port du masque est désormais obligatoire dans certains lieux publics, notamment dans les transports, mais aussi dans les magasins, chez le médecin, sur le lieu de travail, etc. Voici comment bien porter un masque pour se protéger et protéger les autres.
Comment porter un masque chirurgical en (...)

Lire aussi :