Adobe Stock

La Ville de Lille lance son plan local de promotion santé

par Philippe Allienne
Publié le 21 avril 2023 à 17:12

L a Ville de Lille a présenté son « Plan local de promotion santé 2023-2025 » adopté par le dernier conseil municipal. Piloté par la Ville et construit avec les acteurs du territoire (le secteur hospitalier, la médecine de ville et les associations), il ambitionne d’améliorer l’accès aux soins et de réduire les facteurs de précarité en santé des habitants de Lille, Lomme et Hellemmes. Il veille aussi à ce que la transition écologique se fasse dans la justice sociale et ne soit pas un facteur supplémentaire d’inégalité. Les personnes fragilisées en matière de santé sont particulièrement concernées. Le plan porte sur six axes :
• Renforcement de la démocratie sanitaire. Cet axe trouve ses prémices dans la création des Pôles ressources santé, dès 2012, dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville. Après la médiation citoyenne mise en place dans un second temps, on passe ici à une étape supérieure avec une nouvelle stratégie.
• Développement des comportements favorables à la santé. L’objectif est de rendre prioritaire la prévention, notamment en matière de lutte contre le cancer.
• Promotion de la santé mentale et lutte contre les souffrances psychiques.
• Promotion et développement du sport santé. Cette orientation veut favoriser les activités physiques au-delà de la simple pratique sportive.
• Développement des approches innovantes et transversales en matière de santé culture et numérique. Cela concerne particulièrement l’accès à l’e-santé et aux services publics dématérialisés.
• Promotion du bien-être au service d’actions en faveur de l’environnement.
Objectif : agir sur la mobilité, l’aménagement des espaces publics, l’urbanisme, l’habitat, la qualité de l’air.

40 %
C’est la part des nouveaux cas de cancer attribués à nos modes de vie (sédentarité, aliments transformés, alcool, tabac, etc.).
15 à 20 %
C’est la part des décès provoqués par le cancer du sein qui pourraient être évités grâce à un dépistage précoce.
100 %
Les cancers du col de l’utérus sont tous imputables au virus du papillomavirus. Or, il existe un vaccin.

3 questions à... Marie-Christine Staniec

Quelle est la particularité du territoire Lille-Lomme-Hellemmes en matière de santé ?

La Caisse primaire d’assurance maladie (Cpam) de Lille Douai explique que les Lillois répondent moins aux dépistages que le reste de la population. Ils courent plus de risques de développer un cancer. Avec les spécialistes et les associations, nous réfléchissons à la mise en place d’actions de proximité dans les quartiers.

En sensibilisant sur la santé ?
À Lille, nous avons une surmortalité élevée par rapport à la moyenne nationale. Notre population est fragile et elle répond moins aux campagnes nationales sur la santé. Les patrons des hôpitaux savent que les campagnes nationales (comme manger cinq fruits et légumes par jour) ne sont pas bonnes. Il faut aller plus loin que la sensibilisation. J’ai demandé aux pôles ressources (collectifs d’associations) dans les quartiers de faire une action de territoire autour de l’alimentation, des addictions et des activités physiques.

Concrètement ?
Des consultations sont organisées dans un « bus du cœur » disponible trois jours par mois. Il permet des consultations de gynécologie, de cardiologie, d’addictologie et très prochainement, de pneumologie. Si un problème est décelé, un rendez-vous est pris immédiatement avec un spécialiste. Par ailleurs, l’Institut Pasteur mène une action complémentaire avec des ateliers d’activité physique et des activités de nutrition qui suivent les premières consultations du bus du cœur.

Mots clés :

Nord