Présentiel ou distanciel

Le casse-tête des étudiants

Publié le 18 janvier 2021 à 16:57 | Mise à jour le 19 janvier 2021

Les mesures annoncées ce jeudi soir, 14 janvier, par le Premier ministre Jean Castex et la ministre chargée de l’Enseignement supérieur Frédérique Vidal, ne seront certainement pas de nature à répondre aux inquiétudes et au stress des étudiants.

Dans une tribune publiée par l’Humanité le 12 janvier, les représentants de plusieurs organisations étudiantes (dont l’UEC, l’Unef, le MJCF) écrivent que, « malgré une rentrée annoncée le 20 janvier, l’ensemble des étudiants ne retrouvera pas les bancs de l’université. Depuis mars 2020, beaucoup ont vu leurs conditions de vie et d’études dégradées avec des cours en distanciel qui ne leur permettent pas d’assurer la continuité pédagogique. On estime aujourd’hui à un sur six le nombre d’étudiants en décrochage ».

Des solutions existent

Pour les signataires de cette tribune, des solutions existent pourtant. Ils citent par exemple les masques et le gel hydroalcoolique gratuits, la mise en place de dépistages massifs, la réquisition de salles vides, le recrutement d’enseignants, etc. Autant de propositions auxquelles ne répond pas le gouvernement. L’annonce d’une reprise des travaux dirigés par demi-groupes, à compter de la semaine du 25 janvier, pour les travaux dirigés des étudiants de 1ère année est bien en-deçà des besoins. Les étudiants se plaignent de leur isolement, de leur chute de motivation, de leur manque de moyens de vivre. Les dépressions sont de plus en plus fréquentes. Le gouvernement promet de doubler le nombre de psychologues dans les universités durant ce trimestre. Mais on devine que les dégâts sont déjà considérables. Jusque là, on incite les étudiants à consulter alors que les psychologues manquent cruellement.
Mais ces problèmes ne sont pas les seuls. Étudiant en Histoire du campus du Pont de Bois (ex Lille 3), Kenzo Benhamida, soulève lui aussi les décrochages et l’augmentation de la détresse psychologique résultant du « tout distanciel ». Or, dans un courrier qu’il a adressé en décembre à Frédérique Vidal, il note une contradiction inquiétante et peut être lourde de conséquences alors que les étudiants passent leurs partiels.
«  Il est bien-sûr inenvisageable, écrivait-il, que les épreuves de fin de semestre soient annulées, mais le fait que ces dernières se déroulent en “présentiel”, dans les amphithéâtres, début janvier 2021 alors qu’aucun cours n’a pu être dispensé sur site depuis début novembre 2020 est tout simplement incompréhensible. Pire, face aux nouvelles contaminations qui sont de nouveau reparties à la hausse, et cela même alors que les fêtes de fin d’année ne se sont pas encore déroulées, il paraît non-opportun et même dangereux de tenir ces partiels sur site en janvier 2021. »

Examens en présentiel pour les étudiants en Histoire

Les étudiants en Histoire de Lille n’ont pas obtenu satisfaction. Ils ne comprennent pas d’autant que les étudiants de la fac de Droit (à Lille Moulin) passent leurs examens partiels en distanciel. « On nous parle de protocole renforcé, dit Kenzo Benhamida, mais nous avons pu constater que, lors d’un examen en amphi, début janvier, le professeur chargé de la surveillance ne portait pas de masque et le gel hydroalcoolique était en quantité insuffisante. L’examen s’est du reste passé avec des étudiants en doudoune parce que le chauffage était défectueux et les fenêtres ouvertes ».
Les risques soulevés par le courrier porte notamment sur la présence en amphi d’étudiants positifs à la Covid-19. Toute absence à l’examen doit être justifiée. Mais l’épreuve est alors notée « zéro » et fera l’objet d’un rattrapage en juin. Pour éviter cela, des étudiants positifs mais asymptomatiques se présentent à l’examen.

Nouveau système d’évaluation

Le courrier demandait aussi à la ministre de « bien vouloir revenir sur l’offre de formation de l’Université de Lille, et d’appeler les professeurs à l’indulgence dans la notation. Beaucoup de sujets n’ont pu être abordés à cause du “tout distanciel”, pourtant, et à la vue des premières notes, cela ne semble pas être pris en considération par un certain nombre d’entre eux, bien que la majeure partie du corps professoral ait agi comme elle le put et dans l’intérêt des étudiants. »
Le changement intervenu récemment dans la manière d’évaluer les travaux inquiète par ailleurs les étudiants. Auparavant, pour évaluer le semestre (et donc l’année de licence), les étudiants étaient notés sur la moyenne de l’ensemble des épreuves (par exemple, s’il y avait dix notes, une par cours, on faisait la moyenne). Aujourd’hui, les dix cours sont répartis entre quatre blocs. Une note est établie pour chaque bloc, mais les blocs ne peuvent se compenser.
Ce changement est expliqué par le fait que les étudiants en Histoire avaient la possibilité de valider leur semestre grâce à, par exemple, de très bonnes notes en langue vivante alors que les notes en Histoire étaient en deçà. Les étudiants demande que l’on en revienne à ce système. D’autant que la situation s’est aggravée avec les cours en distanciel.

Ces articles peuvent vous interesser :

La Revue Espaces Marx vient de paraître Quel monde post Covid-19 ?

C’est le titre du numéro de la Revue Espaces Marx Nord-Pas-de-Calais qui vient de paraître. Pour nous, il ne s’agissait pas de parler « des jours d’après », comme on l’entend encore souvent, mais d’abord et avant tout du « système d’après ». En effet, c’est le mode de développement mondialisé d’un système (...)

Douaisis Distribution solidaire devant l’Université d’Artois

Samedi 20 février, environ 80 étudiants ont pu bénéficier de la collecte réalisée par les militants communistes, sous l’impulsion de François Larivière, membre de l’Union des étudiants communistes, et de la section PCF du Douaisis. Cet après-midi là, ils ont distribué des denrées alimentaires mais aussi (...)

A la Une :

Bruaysis 18 mois d’inéligibilité pour Bernard Cailliau

En 2017, Bernard Cailliau imaginait succéder à son mentor Serge Janquin (PS), sur les bancs de l’Assemblée nationale. Trois ans plus tard, l’ancien maire de Labuissière rêvait d’accéder au fauteuil majoral de Bruay-La-Buissière. Par deux fois, Ludovic Pajot et le Rassemblement national ont réduit ses (...)

Lire aussi :