Milieu scolaire

Le débat face à la montée d’un discours de radicalisation religieuse

Publié le 23 octobre 2020 à 11:52

Environ 2 000 personnes se sont rassemblées, dimanche 11 octobre à 15 heures à Lille, pour rendre hommage à la mémoire du professeur d’histoire-géographie assassiné deux jours plus tôt à Conflans-Sainte-Honorine. Les enseignants et les élèves ont particulièrement tenu à marquer leur attachement à l’école de la République.

« S’attaquer à un enseignant, c’est s’attaquer à l’école qui est un lieu de construction d’un savoir critique, de rencontre de l’autre, de la formation de futurs adultes libres et éclairés. » Mais pour les syndicats [1], qui s’exprimaient d’une seule voix, les enseignants doivent pour ce faire être soutenus dans l’exercice de leur métier.
« Nous réaffirmons notre attachement à la liberté d’expression, condition nécessaire à l’émancipation, a souligné Odile Duverne (FSU Snes), et nous appelons à éviter toute instrumentalisation de ce drame. Nous rappelons que nous sommes attachés à la laïcité qui garantit la liberté d’expression. Que ce n’est pas par la haine que nous répondrons à la haine qui a coûté la vie à Samuel Paty, mais par la promotion de la liberté, de l’égalité et de la fraternité.  »

Détérioration des conditions d’enseignement

De son côté, l’association Femmes solidaires rappelle n’avoir cessé d’alerter, depuis dix ans, et particulièrement depuis les attentats de janvier 2015 contre Charlie Hebdo et l’Hyper Cacher, « sur la détérioration des conditions d’enseignement et la difficulté de transférer des connaissances dans une société où le fait religieux envahit toujours plus l’espace éducatif ». L’association pense à l’école mais aussi aux centres sociaux ou aux

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.


Je m’abonne pour un mois
A partir de 5€

Je m’abonne pour un an
A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Notes :

[1AD, CGT, FO, FSU, SNALC, SGEN-CFDT, Sud Éducation, CFDT.

Ces articles peuvent vous interesser :

Covid-19 À quoi joue l’Éducation nationale ?

Fermeront, fermeront pas ? À l’heure où ces lignes étaient écrites, les lycéens et leurs professeurs étaient en attente de la décision du Conseil de défense qui devait décider de la fermeture ou non de leurs établissements. Les mesures annoncées une semaine plus tôt par le ministre de (...)

hommage Jean Jaurès censuré

Belle initiative que celle du ministère de l’Éducation nationale de proposer à ses professeurs de lire la lettre de Jean Jaurès aux enseignants lors de l’hommage à Samuel Paty organisé ce lundi 2 novembre. C’était sans compter la petite touche du ministère qui a jugé bon de supprimer un (...)

Lire aussi :