Olivier Schneider

Le vélo plus qu’un « effet de mode », une alternative concrète

Publié le 31 juillet 2020 à 11:46

« Aujourd’hui,même si ça peut choquer certains automobilistes, il faut redistribuer l’espace proportionnellement aux objectifs que l’on veut atteindre, à savoir tripler le nombre de déplacements à vélo » explique Olivier Schneider, président de la FUB (Fédération française des usagers de la bicyclette) sur la question de la place du vélo en ville. En effet, la crise sanitaire de la Covid-19 a modifié les habitudes de transport des Français. « Cette appétence pour le vélo, qui existait déjà, devient une réalité » précise-t-il. Selon lui, certains s’y sont mis aussi parce qu’il considèrent que la voiture aggraverait les symptômes du coronavirus. « Grâce au déconfinement initié en mai, les gens continueront d’utiliser le vélo cet été et ancreront cette habitude en hiver » prédit ainsi le président de la FUB.

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.


Je m’abonne pour un mois
A partir de 5€

Je m’abonne pour un an
A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Auriane Aït Lasri Le Figra s’implante à Douai

Ajointe à la culture depuis le 5 juillet dernier, Auriane Aït Lasri ne cache pas sa joie. Lors de sa séance du 11 décembre, le conseil municipal de Douai a approuvé la venue du Festival international du grand reportage d’actualité et du documentaire de société (Figra). Depuis 1993, année de sa (...)

Lire aussi :