Nord et Pas-de-Calais

Les budgets 2020 marqués par la maîtrise des dépenses

Publié le 27 décembre 2019 à 13:05

Budget tourné vers le désendettement dans le Nord, limite des dépenses de fonctionnement dans le Pas-de-Calais.

C’est sans les voix du PS et du PCF que le budget 2020 du département du Nord a été adopté, le 16 décembre. Tandis que le socialiste Didier Manier dénonce un manque d’ambition et une gestion comptable exempte de projet politique, le communiste Charles Beauchamp critique une politique austéritaire entamée il y a cinq ans. L’élu ne voit pas de réel investissement et encore moins un choix en faveur de la solidarité.

Même si, sur un budget de 3,7 milliards d’euros, l’investissement augmente de 50 millions pour 2020, le portant à 291 millions (dont 65 millions pour les collèges et autant pour les routes), Charles Beauchamp le considère trop faible et trop tourné vers le désendettement. La dette est passée en quatre ans de 1,5 milliard d’euros à 1,2 milliard.

Pour la majorité conduite par Jean-René Lecerf, l’accompagnement pour le retour à l’emploi a permis de faire baisser le nombre d’allocataires du RSA de 9 000 personnes, soit une économie de 55 millions d’euros. Par ailleurs, le Département provisionne cette année 12 mois de RSA au lieu de 11 ou 11,5 jusqu’à présent.

Contrairement à celui du Nord, le budget du département du Pas-de-Calais a été voté par tous les groupes. Le rapport du vice-président chargé des finances a même recueilli les félicitations de Ludovic Guyot (PCF). Ce budget s’élève à 1,78 milliard d’euros dont un peu plus d’un milliard (59,1 %) pour l’action sociale (RSA, protection de l’enfance, personnes âgées, handicap, etc.). Dans ce domaine, la hausse des dépenses de fonctionnement est limitée à 1,15 % alors que la contractualisation avec l’État la fixe à 1,2 %. Le reste se répartit entre la gestion publique départementale (399 millions d’euros), l’éducation, le sport et la culture (124 millions soit 6,94 %), la sécurité, le développement et l’attractivité (109,5 M € ), la mobilité et les infrastructures (98,5 M € à 5,51 %).

Une enveloppe de 210 millions d’euros sera consacrée à l’investissement. 150 postes de sapeurs-pompiers professionnels seront créés dans les quatre ans. Leur effectif actuel est de 1 168 salariés. Reste que la réforme de la fiscalité qui doit se mettre en place à partir de 2021 inquiète la collectivité. Avec le transfert de la taxe foncière aux communes (et son remplacement par une fraction équivalente de la TVA), 18 % des recettes de fonctionnement vont changer d’origine pour le Pas-de-Calais.

Ces articles peuvent vous interesser :

Retraites 49-3, l’ombre du débat

49-3, l’arme fatale de ceux qui n’ont pas confiance dans leur propre majorité, non ? Et non ! Ici, l’Assemblée nationale est à leurs mains, à leurs bottes même. Ils ont la majorité absolue. Ils sont sûrs de faire voter leur projet (sauf épidémie bien évidemment). Ils n’ont pas envie (...)

SIA 2020 Agriculteur, une profession à risques

Au-delà du cinéma habituel autour de la visite des têtes de ponts de partis politiques, le salon a ses rituels et durant dix jours, il fait de l’agriculture la préoccupation majeure des Français. Mais les premiers dont nous devrions nous soucier sont souvent devenus des (...)

Municipales 2020 3 questions à Manuel Garcia

Qu’est-ce qui a vous décidé à être candidat à la mairie ?

Ça fait 15 ans que je vis dans la commune. En 2014, j’étais candidat aux côtés de Bernard Éthuin. J’ai accepté de prendre la responsabilité pour une liste d’ouverture à gauche, rajeunie, renouvelée à près de 80 %. Nous voulons (...)

Les privés d’emploi réclament des mesures

« Vous voulez zéro déchet. Nous voulons zéro chômeur ! » C’est dans cet esprit que le Groupe d’action demandeurs d’emploi de Roubaix (Gade) a interpellé le Premier ministre lors de sa venue à Roubaix le 29 août dernier. Une délégation a été reçue au ministère de la Solidarité ce 24 février.

Lorsqu’il (...)

A la Une :

Lire aussi :