Municipales

Les communistes lillois veulent rassembler

par Philippe Allienne
Publié le 12 juillet 2019 à 17:26 | Mise à jour le 13 juillet 2019

C’est groupés que les secrétaires des sections PCF des communes associées Lille, Hellemmes et Lomme ont présenté à la presse leurs propositions et objectifs pour les municipales 2020.

« Il y a cinq ans, rappelle Hugo Vandamme, secrétaire de la section de Lille, nous portions avec d’autres un projet municipal : « A Lille, l’humain d’abord ». Notre programme partagé de 2014 reste à nos yeux une contribution juste et pertinente de l’ambition que nous portons pour notre ville ».

Objectif des communistes lillois : « proposer les chantiers qui nous semblent indispensables à la co-constrution d’un programme politique partagé ». Pour les élections de 2020, ils lancent donc un appel à qui veut les rejoindre« pour rendre la ville meilleure ». Pour Franck Marsal (section d’Hellemmes), « La volonté de la Lrem est d’éliminer la gauche. Il est donc important de fixer des points de repère pour avancer ensemble. Il s’agit, dit-il, d’obtenir des réponses à la hauteur des enjeux face à la disparition des services publics. » Autre levier : travailler sur les moyens de vivre dignement. Cela inclut la possibilité de se loger avec un budget raisonnable, l’accès à l’eau (on pense à la bataille pour une régie publique), un dispositif santé efficace, la lutte contre les expulsions et contre la précarité énergétique, etc.

« C’est bien dans ces domaines, insiste Franck Marsal, que les forces de gauche doivent prendre leur part de responsabilité ». Il cite

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Le cri d’alarme de l’hôpital public

Au jour de la mobilisation du 14 novembre, douze services d’urgence étaient toujours en grève dans le Nord et le Pas-de-Calais et 268 en France. Le mouvement a démarré il y a huit mois. Aujourd’hui, c’est l’ensemble de l’hôpital public qui crie son désarroi et les risques pour la santé des patients, (...)

A la Une :

Lire aussi :