© Philémon Brunet
Manifestation du 23 septembre

Les enseignants réclament un plan d’urgence pour l’éducation

Publié le 24 septembre 2021 à 14:08

Troisième année scolaire sous crise sanitaire, manque de reconnaissance des enseignants, contraintes supplémentaires, mauvaises conditions de travail. Les syndicats de l’Éducation nationale appelaient à la grève et à la mobilisation ce jeudi 23 septembre. À Lille, Fabien Roussel et le sénateur communiste Éric Bocquet se sont joints à la manifestation.

La CGT, la FSU, FO et SUD sont vent debout. « L’École, écrivent les organisations syndicales dans un communiqué commun, a été soumise à rude épreuve et les personnels ont terminé l’année dans un état de fatigue rarement atteint. La rentrée 2021 est de nouveau marquée par le manque d’anticipation et la confusion de la politique suivie face à la poursuite de la crise sanitaire. Par ailleurs, alors que cette rentrée aurait nécessité la mise en place d’un plan d’urgence et la création massive de postes pour l’éducation dans un contexte qui a rendu plus compliquée la progression des apprentissages, le ministère poursuit une politique qui va à rebours des besoins du service public. »
Les reproches adressés au ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer sont nombreux : refus de créer un collectif budgétaire pour la création de postes d’enseignants, de CPE, d’assistants d’éducation, d’accompagnants des élèves en situation de handicap (AESH), de psychologues (PsyEN), de réseaux d’aides spécialisées aux élèves en dif

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.
Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal, abonnez-vous à Liberté Hebdo.
Je m'abonne pour 1 mois A partir de 3 € Je m'abonne pour 12 mois A partir de 35 €

Déjà abonné ?

Identifiez-vous