Rentrée sociale

Les licenciements au coeur du cortège du 17 septembre

Publié le 18 septembre 2020 à 11:20 | Mise à jour le 22 septembre 2020

Pour cette première manifestation de rentrée, à l’appel de la CGT, de la FSU, de Solidaires et de l’Unef, 3 000 personnes environ ont battu le pavé lillois ce jeudi 17 septembre. Parmi les revendications : l’emploi, les conditions de travail ou la lutte contre la précarité.

Amélioration des conditions de travail, augmentation des moyens pour l’hôpital public ou encore lutte contre la précarité. Jérôme, 42 ans, adhérent à la CGT a décidé de participer à la manifestation « pour une rentrée qui fasse du bruit, pour l’emploi, contre une politique de destruction de tous les services publics ». Fonctionnaire à la mairie de Lille, il précise qu’il a tenu à être présent tout particulièrement « pour les copains qui subissent des licenciements abusifs ». Toutefois, il ne s’attend pas à ce que le gouvernement change sa position dans l’immédiat : « Ça ne marche pas comme ça, on sait que ça prend toujours du temps pour se faire entendre. On est dans la rue pour affirmer nos convictions et nos positions ! » Pour cette manifestation de reprise où l’on était vi

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.


Je m’abonne pour un mois
A partir de 5€

Je m’abonne pour un an
A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Restrictions et fermetures Le cri d’alarme des professionnels

Ils étaient environ 200, vendredi 9 octobre, devant la préfecture du Nord, à réclamer davantage de souplesse ou d’aides après le basculement de la métropole lilloise en zone d’alerte maximale. Parmi eux, on remarquait des employés ou patrons de bars, de discothèques, de salles de sport mais aussi des (...)

Tourcoing Les pompiers brûlent d’impatience

Ils étaient environ 600 pompiers lundi 12 octobre, vers 10 h du matin, à dire leur colère dans les rues de Tourcoing. Ils n’ont pas choisi la ville par hasard, c’est Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur, qu’ils souhaitent interpeler face au silence de Jacques Houssin, nouveau président du Sdis (...)

Emploi Les communistes défendent l’emploi

« ll est inacceptable que l’argent public serve à établir des plans de licenciements. » Réagissant contre les plans de sauvegarde de l’emploi nombreux en cette période, sous prétexte ou non de crise sanitaire, le Parti communiste français a organisé des rassemblements dans près de 60 départements samedi (...)

Lire aussi :