La lutte des blouses blanches

Pour un financement sain de l’hôpital public et une revalorisation des carrières

Publié le 3 juillet 2020 à 19:36 | Mise à jour le 6 juillet 2020

Après la forte mobilisation des blouses blanches du 16 juin, la manifestation du 30 a vu un net recul des participants. Pas question pourtant, pour les soignants, de baisser les bras face à un Ségur de la santé qui s’achève en queue de poisson.

Un millier devant le siège lillois de l’Agence régionale de santé puis dans le cortège lillois jusqu’à la préfecture, une centaine dans les autres villes de la région (Boulogne-sur-mer, Calais, Arras...). Les responsables syndicaux voient deux raisons essentielles à cette modeste participation : la communication a été beaucoup plus faible et tardive que pour le 16 juin (la première grande mobilisation depuis la fin du déconfinement) ; par ailleurs il y a l’effet vacances.

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.


Je m’abonne pour un mois
A partir de 5€

Je m’abonne pour un an
A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Julien Quennesson, maire de Somain Service très volontaire

C’était l’une des bonnes nouvelles au soir du 28 juin 2020 : la ville de Somain demeure le gros bastion du Douaisis administré par un maire communiste. La liste d’union (PCF-PS-société civile) menée par Julien Quennesson est parvenue en tête. Mais pour la majorité municipale, le travail et les (...)

Santé La CGT inquiète pour les personnels et les usagers

Dans un communiqué, la CGT de la santé et de l’action sociale pour le Nord, le Pas-de-Calais et la Picardie, se dit convaincue que, avec la deuxième vague de la pandémie, « les personnels seront face à des décisions impossibles et des situations insupportables à bien des égards ! » Le syndicat (...)

Lire aussi :