© Babouse
Avortement interdit

Qui veille sur la balance bénéfices-risques ?

par Lydie LYMER
Publié le 1er juillet 2022 à 13:27

Avant l’adoption de la loi Veil, les femmes souhaitant interrompre leur grossesse avaient recours à la prise de médicaments toxiques, aux traumatismes abdominaux ou à l’introduction intra-vaginale d’objets pointus et acérés responsables de perforations utérines, intestinales, ou d’infections parfois fatales.
Le passage d’un acte artisanal à un acte pratiqué en milieu médical par un professionnel qualifié a réduit de façon significative les risques infectieux et hémorragiq

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.
Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal, abonnez-vous à Liberté Hebdo.
Je m'abonne pour 1 mois A partir de 3 € Je m'abonne pour 12 mois A partir de 35 €

Déjà abonné ?

Identifiez-vous