Lille

Rassemblement contre une « offensive législative réactionnaire »

Publié le 18 décembre 2020 à 12:10

Trois jours après la présentation du « projet de loi confortant les principes républicains », un intitulé trouvé en urgence pour tenter de faire oublier le triste mais déjà célèbre projet contre le « séparatisme », de nombreuses organisations associatives, syndicales et politiques avaient appelé à manifester à Lille samedi 12 décembre.
Les participants ont dénoncé une « nouvelle stigmatisation » des citoyens musulmans ou supposés tels. Ils y voient une « loi d’exception » puisqu’elle s’adresse à un « groupe social précis caractérisé par son appartenance religieuse ». Pour souligner les dangers que porte ce projet, ils ont mis en évidence la « chaîne d’amalgames » déclenchée dès qu’il a été annoncé : séparatisme = islamisme = islam. Les organisateurs n’ont par ailleurs pas manqué de s’interroger sur le calendrier proposé pour son adoption. La loi devrait en effet être votée définitivement fin 2021 seulement.
Cette lenteur, qui contraste avec la précipitation habituelle d’un gouvernement prompt à imposer son programme et ses décisions, ne saurait relever du hasard. Pour les organisateurs du rassemblement lillois, « l’objectif de ce rythme est évident : imposer comme question centrale de la future présidentielle celle des “musulmans’’ qui constitueraient un problème, de “l’islam’’ qui serait un danger pour la République, des quartiers populaires qui seraient gangrénés par “l’islamisme”, des sans-papiers qui seraient des “terroristes’’, etc. »
Les intervenants ont enfin resitué ce projet dans le contexte plus large d’une « offensive législative réactionnaire » : loi de programmation de la recherche (LPR), loi sur la « sécurité globale » autorisant la surveillance à grande échelle et voulant interdire le fait de filmer les violences policières.

Ces articles peuvent vous interesser :

d’Éric Bocquet Au théâtre ce soir

C’est l’idée qui m’est venue à l’esprit en regardant, jeudi dernier, le débat… non, l’échange… non plus, la conversation aimable entre Marine Le Pen et Gérald Darmanin sur France 2. J’ai sincèrement longtemps hésité pour savoir si j’allais me coller devant l’écran pour assister à ça ! De multiples options (...)

Jérôme Leroy Vrai ou faux ?

L’épidémie de Covid se sera doublée d’une épidémie de fausses nouvelles, aussi appelées fake news. Les médias ont beau tenter de décoder, de « débunker ces infox », il devient de plus en plus difficile de distinguer le faux du vrai. Les pires fake news sont celles qui ont l’air vraies et des infos (...)

A la Une :

Bruaysis 18 mois d’inéligibilité pour Bernard Cailliau

En 2017, Bernard Cailliau imaginait succéder à son mentor Serge Janquin (PS), sur les bancs de l’Assemblée nationale. Trois ans plus tard, l’ancien maire de Labuissière rêvait d’accéder au fauteuil majoral de Bruay-La-Buissière. Par deux fois, Ludovic Pajot et le Rassemblement national ont réduit ses (...)

Lire aussi :