Sécheresse : dans le Pas-de-Calais le bilan des moissons est stable

par Ousmane Mbaye
Publié le 1er août 2019 à 17:29

À l’heure où les producteurs de la région travaillent dur pour leurs moissons, l’incertitude reste grande. Même si les pluies du week-end ont apporté une éclaircie, ils veulent rester prudents.

« L’impact sécheresse » est visible sur les prairies. Celles-ci sont complètement jaunies et grillées. Nicolas Georget, directeur de la FDSEA [1] dresse, pour l’heure, un bilan des moissons rassurant : «  Dans le Pas de Calais, on est à la moitié des surfaces en blé et en colza, les rendements sont corrects ». Si certaines variétés de blé sont en chute de 20 % il est néanmoins trop tôt pour se prononcer. « À la fin de semaine, on y verra plus clair. 90 % des moissons devraient être terminées si la météo le permet », annonce Nicolas Georget. Les pluies du week-end dernier ont sauvé les grandes lignes comme le maïs ou la betterave.

Patricia Godin fait le même constat concernant les moissons. Avec un petit bémol. La maraîchère à « La Cueillette et le Drive du Tronquoy », souligne que les récoltes sont bien moindres que l’année dernière. « Les légumes d’hiver ont été gelés au mois d’avril car les plantes ont été stressées. Aujourd’hui elle le sont par le manque d’eau. On craint pour les légumes comme les carottes, poireaux et choux, ça végète ».

La maraichère redoute que les récoltes d’automne (betteraves sucrières et maïs ensilage pour les vaches) en pâtissent. Les pommes de terre restent le gros point d’interrogation. Mais Patricia Godin ne se fait guère d’illusion : « Par le manque d’eau ça risque aussi d’être négatif... ». Autre problème causé par la sécheresse et pas des moindres l’herbe se fait de plus en plus rare pour nourrir les vaches.

Notes :

[1Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles.

Ces articles peuvent vous interesser :

Retraites Un gouvernement désespérément sourd

Après plus de deux mois de mobilisation contre la réforme des retraites et une communication gouvernementale qui mise sur l’essoufflement du mouvement, force est de constater que la surdité de l’Élysée et des ministres ne peut effacer le mécontentement. À de très rares exceptions près (danseurs de (...)

Retraites La rue face au passage en force

La motion référendaire tentée le 17 février par le groupe Gauche démocrate et républicaine, à l’Assemblée nationale n’a pas recueilli le nombre de signataires suffisant. Dans l’immédiat, l’idée d’un référendum populaire sur la réforme des retraites ne peut s’appliquer. Mais les (...)

A la Une :

Lire aussi :