Confinement

Témoignages de vies confinées

Publié le 13 avril 2020 à 10:10

Comme depuis le début de l’épidémie de Covid-19, nous vous laissons la parole. Après avoir remercié et fait part de leur solidarité envers les soignants et travailleurs mobilisés pendant cette crise, certains lecteurs ont aussi souhaité témoigner de leur quotidien pendant le confinement. Nous leur laissons donc la parole ici.

Le retour des frontières

Ce matin, petit tour à pied avec Mamie Lu, munis de nos « ausweis » [carte d’identité, NDLR], du côté de la rue du Dronckaert... Dans les limites réglementaires d’un kilomètre et une heure. Nous avons la chance de pouvoir prendre l’air, en faisant attention, bien évidemment. Ben, ça fait tout drôle de voir la frontière fermée comme ça. Même au moment des attentats, cela n’était pas arrivé. Il y avait la police et les militaires mas ça circulait.

Alors que là !

Comme si on nous empêchait d’aller à Tourcoing ou à Roncq, comme si mon copain qui habite le 13ème à Paris ne pouvait plus aller dans le 12ème. Jamais connu cela, et on se serait bien gardé de transgresser, faut pas rigoler avec la police flamande, surtout, et avec les recommandations. Je n’ai rien à dire sur la nécessité ou le bien-fondé de la mesure, je comprends, mais ça fait bizarre lorsqu’on a toujours connu et fréquenté l’autre côté, wallon ou flamand, sans restrictions de circulation, comme si on était chez nous.

Voilà, c’est cela aussi le coronamachin.

Jean-Michel DUBOIS

Liberté côté imprimerie

Le confinement dans la confiance

Nos lectrices et lecteurs nous adressent de nombreux mots gentils pour saluer la sortie du journal dans un contexte aussi difficile. Un journal, c’est toute une chaîne avec plusieurs équipes : le service commercial et administratif, la rédaction, l’imprimerie, la livraison et la distribution. Si un maillon casse, c’est toute la chaîne qui s’enraye.

L’un de ces maillons indispensables est notre imprimeur, l’Imprimerie de l’Avesnois.

Quand on l’interroge sur les conditions de travail en cette période de confinement, son directeur, Olivier Roy, loue d’abord les bienfaits et avantages du numérique. Cela n’empêche pas les précautions qui s’imposent à tous. « Les gestes barrières, c’est naturel. Je n’ai pas de difficultés pour les faire respecter. Les salariés travaillent à un à trois mètres l’un de l’autre. Même chose pour les pauses café ou le réfectoire où ils ne peuvent être plus de deux à la fois et en respectant les distances.  »

Tout est basé sur la confiance. Quand on est dans l’entreprise, on ne sort pas. Reste aux employés à respecter les règles durant le week-end et les jours de repos. « Lorsqu’ils reprennent le travail, en début de semaine, je demande à chacun ce qu’il a fait durant le week-end. Ils me racontent leur vie de confiné, ils se consacrent à leur jardin, etc. Ils savent ce qu’ils ont fait, et je n’ai pas de raison de ne pas les croire. Dans les deux premiers jours de confinement, il y a eu un sentiment de crainte. La sérénité est très vite revenue. »

L’effet Azur

Le confinement, je commence à en avoir marre... Je sais, je ne suis pas la seule et cela ne me rassure pas du tout. Je ne veux pas tout lui mettre sur le dos, mais... le président Macron !

Ça me rappelle le film d’animation de Michel Ocelot que regardaient les enfants quand ils étaient petits, Azur et Asmar. Le petit blond aux yeux bleus, Azur, devait fermer les yeux pour ne pas attirer le malheur... Depuis le début du quinquennat, ça n’arrête pas. Un an de Gilets jaunes, Macron a réussi à mettre son peuple en colère en quelques mois, 18 seulement, après sa prise de fonction. Grève des urgentistes, des médecins, des infirmières, des avocats, des étudiants, des retraités, etc. etc. Autant d’événements qui ne touchaient que la France.

Mais l’effet des yeux Azur passe au niveau supérieur... catastrophe mondiale. Le pompon... Épidémie de Covid-19... et la France, sixième puissance économique mondiale, n’est pas prête pour affronter la situation. Obligée de faire appel au bon vouloir des uns et des autres, pour des masques, blouses, gants, respiratoires, gel, personnels etc. etc. Darmanin qui fait appel aux dons après avoir supprimé l’ISF. Je sais j’exagère, ça n’a rien à voir... mais l’ennui, le pas envie de faire le ménage, les enfants qui continuent à dormir et moi qui attends pour préparer à manger... et voilà ce que ça donne... des pensées noires, la recherche d’un coupable. Personne n’aimerait être à la place du président. Mais personne ne l’a forcé à s’entêter dans sa logique néo-libérale.

N., cadre associative en confinement

Ces articles peuvent vous interesser :

Feuilleton La vie secrète de JPM (10)

JPM vous a proposé de suivre un feuilleton inédit qui vous a plongé dans son quotidien durant le confinement : « La vie secrète de JPM ». Dans l’épisode précédent, il découvrait avec stupeur le décès de tata Rosa. Ce dernier épisode, il laisse à Maryline Cheap le soin de vous le raconter...
« Maryline ! (...)

Renault MCA Maubeuge : retour en images sur la marche du 30 mai

Samedi 30 mai, plus de 8 000 personnes ont marché de l’usine MCA Maubeuge jusqu’à l’hôtel de ville pour contester le plan de fusion avec l’usine Renault de Douai. Élus, syndicalistes, salariés et citoyens étaient réunis ce matin contre ce projet, pour préserver les emplois et le savoir-faire de l’usine de (...)

Témoignage Dépistage : entre principes et réalité

Une lectrice atteinte du Covid-19 nous a fait part de son désarroi face à la difficulté de se faire dépister, en plein cœur de la métropole lilloise, au milieu du mois de mai. Elle nous explique pourquoi elle a finalement dû y renoncer, malgré l’importance des tests pour endiguer l’épidémie alors que le (...)

Spycker De la terre à l’assiette

Il n’y a pas de travail plus noble selon les Grecs anciens. La terre, et ses produits, ont de moins en moins de travailleurs disponibles. Les profits, eux, n’ont jamais été aussi importants pour les grands groupes agro-alimentaires et la pression si forte sur les épaules des paysans au bord de (...)

Camélia Jordana Pour une police républicaine !

Il faut être déséquilibré ou ne pas tenir sur ses deux jambes pour souhaiter que la police française ne puisse pas travailler dans un cadre républicain. C’est le problème de fond qu’a soulevé Camélia Jordana, actrice et chanteuse, lors de l’émission de Laurent Ruquier « On n’est pas couché » le 23 mai (...)

A la Une :

Déconfinement Comment bien porter un masque ?

Le port du masque est désormais obligatoire dans certains lieux publics, notamment dans les transports, mais aussi dans les magasins, chez le médecin, sur le lieu de travail, etc. Voici comment bien porter un masque pour se protéger et protéger les autres.
Comment porter un masque chirurgical en (...)

Lire aussi :