Le chiffre de la semaine : 10 000

Publié le 29 novembre 2022

C’est, en euros, le montant de l’astreinte qui sera imposée au site d’informations Médiapart, pour chaque extrait qu’il publierait de la suite de son enquête sur les pratiques du maire (LR) de Saint-Etienne, Gaël Perdriau. Ce dernier aurait fait chanter l’un de ses adjoints, le centriste Gilles Artigues, pendant huit ans. La pratique mafieuse -présumée- de Gilles Perdriau ne semble pas avoir de limite. Médiapart subit en l’occurrence une censure inédite depuis la loi de 1881.

Ces articles peuvent vous interesser :

Nord Refus du stationnement payant partout à Lille

« Nous ne considérons pas que développer le stationnement payant sur 80 % du territoire communal soit une solution acceptable contre l’engorgement des voiries et les émissions polluantes. » C’est par ces mots que Sylviane Delacroix, adjointe à l’inclusion des personnes en situation de handicap à la (...)

Victor Castanet Persiste et signe

Après avoir publié, l’an dernier, un livre enquête sur le groupe d’Ehpad Orpea, Les fossoyeurs, le journaliste Victor Castanet propose aujourd’hui une édition augmentée de dix chapitres inédits. L’onde de choc provoquée par les révélations sur les dessous du groupe privé dépasse largement Orpea. Dans cette (...)

Enseignement Actions contre des suppressions de postes et de classes

Ce mercredi 1er février, une assemblée générale a réuni une cinquantaine d’enseignants du lycée Marguerite-des-Flandres, à Gondecourt. À l’issue de cette AG, ils ont décidé à l’unanimité de se mettre en grève et ont reçu le soutien des parents d’élèves et des délégués des lycéens. En cause : des suppressions (...)

A la Une :

Lire aussi :