Moins chère, l’électricité ?

Publié le 12 septembre 2022

En 2010, la loi Nome ouvrait le marché de l’énergie aux opérateurs privés. Le consommateur y gagnera, nous disait-on. Erreur. Des fournisseurs tel Ohm Energie ont doublé, cet été, leurs tarifs bien qu’achetant l’électricité auprès d’EDF obligé de brader les prix : 46,20 euros le Mwh au lieu de 1000 sur le marché de gros. D’autres (Leclerc Energie, Casino) ont laissé tomber, laissant leurs clients en plan. Au lieu de chercher à produire de l’électricité pour réduire la pénurie, les opérateurs privés se contentent trop souvent d’acheter et de revendre prenant leur marge au passage, avec la bénédiction du gouvernement dont la loi « pour le pouvoir d’achat » obligera même EDF à vendre 20 % d’électricité encore en plus à ses concurrents ! On sait par ailleurs que les communes vont également faire les frais de ces hausses considérables, à l’instar de celle de Montataire, dans l’Oise, et dont le maire communiste Jean-Pierre Bosino assure qu’il ne paiera pas la facture si le fournisseur ne change pas d’avis (lire notre interview dans notre numéro 1548)

Ces articles peuvent vous interesser :

Georges Ibrahim Abdallah Une peine interminable

Georges Ibrahim Abdallah entamera, le 24 octobre prochain à Lannemezan, sa 39e année de détention en France. Le Collectif « Bassin minier » appelle à se mobiliser dans le cadre du mois international d’actions pour la libération de ce résistant communiste libanais .Frédéric Naveteur, l’un de ses (...)

Strasbourg L’université annonce cinq actions de court terme 

À Strasbourg, où la facture doit passer cette année à 13 millions d’euros cette année (au lieu des 11,5 M € inscrits au budget initial), l’Université a inscrit 20 M€ dans le prévisionnel de 2023.
En prévision de cette hausse du coût énergétique, la date de mise en route du chauffage sera repoussée. De (...)

A la Une :

Strasbourg L’université annonce cinq actions de court terme 

À Strasbourg, où la facture doit passer cette année à 13 millions d’euros cette année (au lieu des 11,5 M € inscrits au budget initial), l’Université a inscrit 20 M€ dans le prévisionnel de 2023.
En prévision de cette hausse du coût énergétique, la date de mise en route du chauffage sera repoussée. De (...)

Lire aussi :