Calais. Synthexim dans le rouge

Publié le 21 novembre 2022

Sénatrice du Pas-de-Calais, Cathy Apourceau s’inquiète du sort qui pourrait être réservé aux salariés de Synthexim (chimie). L’entreprise «  surendettée en dépit d’un carnet de commandes plein appartient au groupe Axyntis  », rappelle l’élue communiste. Synthexim avait procédé en 2013 à la reprise de Calaire Chimie spécia-lisée dans la fabrication de composants pour l’indus-trie pharmaceutique. À l’époque, 80 emplois avaient été sauvés, mais plus d’une centaine sacrifiés. En cessa-tion de paiement, cette société vient « d’être placée en observation par le tribunal de commerce d’Orléans pour une période de six mois » durant laquelle les dettes sont gelées. La crainte de la parlementaire est d’autant plus vive que cette mesure « s’accompagne d’une mise en vente par l’administrateur judiciaire, non seulement de l’emprise de ce site classé Seveso (biens immobiliers, stocks, etc.), mais également du portefeuille clients et des brevets ». Les repreneurs potentiels sont invités à se faire connaître d’ici le 15 décembre. De quoi nourrir l’in-quiétude des 130 salariés ! Cathy Apourceau demande au ministre de l’Industrie, Roland Lescure, le ministre de l’Industrie, quelles mesures il compte «  prendre pour permettre la poursuite de l’activité sur le site de Calais ».

Ces articles peuvent vous interesser :

VIOLENCES FAITES AUX FEMMES Comment en finir ?

Chaque année, le nombre de féminicides en France a de quoi décourager les militantes et militants les plus engagés dans la lutte contre les violences faites aux femmes. Ce vendredi 25 novembre est labellisé « Journée internationale de lutte contre les violences faite (...)

A la Une :

L’autre Coupe du monde

L’heure est aux trophées. L’équipe de France de Football tentera d’accrocher une troisième étoile à son maillot tricolore. En revanche, le Qatar et la FIFA de Gianni Infantino ont déjà été gratifiés de la coupe des bâtisseurs et des (...)

La réforme de l’assurance-chômage, un sale coup !

Une durée d’indemnisation réduite d’un quart pour tous les demandeurs d’emploi inscrits à partir du 1er février 2023. Tel est le dernier sale coup du gouvernement. Un chômeur ayant droit à 12 mois d’indemnisation, n’aura plus droit qu’à neuf mois. C’est une vraie (...)

Lire aussi :