Une sainte au service des mineurs ou des Houillères ?

Publié le 29 novembre 2022

La légende raconte qu’originaire d’Asie Mineure, sainte Barbe aurait été décapitée par un père païen, au IIIe siècle après Jésus-Christ. La raison ? Convertie au christianisme, elle aurait refusé d’abjurer sa foi. Le colérique paternel aurait aussitôt été châtié par le Ciel et mourut frappé par la foudre. Depuis, sainte Barbe est censée protéger les travailleurs au contact du feu. Guidées par des considéra-tions paternalistes, les Houillères mettaient en œuvre, le 4 décembre, des rites d’atta-chement des Gueules noires à l’entreprise. A la Sainte-Barbe, des cérémonies de remises de médailles du travail, des banquets, des rencontres sportives prolongeaient ainsi la messe matinale où les salariés se rendaient sur leur trente-et-un. Les absents étaient pointés du doigt et s’exposaient à des tracas-series. « Il valait mieux aller à l’office, ne se-rait-ce que pour être vu de l’ingénieur », obser-vait un ancien mineur. Il est arrivé à Maurice Canlers de confession catholique de partici-per à cette cérémonie cultuelle bien évidem-ment boycottée par les athées et autres libres penseurs, mais à sa connaissance, « jamais personne ne s’est attaquée à la tradition en elle-même ».

Ces articles peuvent vous interesser :

Nord Refus du stationnement payant partout à Lille

« Nous ne considérons pas que développer le stationnement payant sur 80 % du territoire communal soit une solution acceptable contre l’engorgement des voiries et les émissions polluantes. » C’est par ces mots que Sylviane Delacroix, adjointe à l’inclusion des personnes en situation de handicap à la (...)

Victor Castanet Persiste et signe

Après avoir publié, l’an dernier, un livre enquête sur le groupe d’Ehpad Orpea, Les fossoyeurs, le journaliste Victor Castanet propose aujourd’hui une édition augmentée de dix chapitres inédits. L’onde de choc provoquée par les révélations sur les dessous du groupe privé dépasse largement Orpea. Dans cette (...)

Enseignement Actions contre des suppressions de postes et de classes

Ce mercredi 1er février, une assemblée générale a réuni une cinquantaine d’enseignants du lycée Marguerite-des-Flandres, à Gondecourt. À l’issue de cette AG, ils ont décidé à l’unanimité de se mettre en grève et ont reçu le soutien des parents d’élèves et des délégués des lycéens. En cause : des suppressions (...)

A la Une :

Lire aussi :