Droits réservés
Dans le Dunkerquois

Covid des villes et Covid des champs

par Patrice VERMEERSCH
Publié le 9 avril 2021 à 12:35

Comment la médecine de ville et la médecine de campagne s’adaptent-elles à la pandémie ? Alors que le coronavirus rythme notre vie par écran plat haute définition interposé, le moindre symptôme physique qui aurait pu être anodin en temps normal devient motif de doutes, voire de panique. Le médecin de famille est le premier interlocuteur capable de nous accompagner. Nous avons rencontré deux d’entre eux.

Premier constat du Docteur Casimiri, médecin généraliste à Grande-Synthe : l’absence quasi-totale des enfants au cabinet depuis des mois. « Non seulement pour moi, mais pour l’ensemble des praticiens du cabinet ! On ne les voit plus. Peut-être sont-ils protégés par les parents ? » Seuls les nourrissons viennent encore au cabinet pour leurs consultations régulières.
Pour Pierre Casimiri, il convient avant tout de rassurer les patients. « Pour moi, aucun dispositif officiel n’a été mis en place pour les médecins en réponse aux patients chez qui la maladie a été déclarée. Je n’ai eu de la part des instances médicales françaises aucun élément sur la conduite à tenir vis-à-vis de mes patients au sujet de la Covid-19. »
Faute de consignes officielles à l’échelle nationale, le médecin n’a d’autre choix que de s’appliquer ses propres protocoles en s’appuyant sur des expériences

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.
Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal, abonnez-vous à Liberté Hebdo.
Je m'abonne pour 1 mois A partir de 3 € Je m'abonne pour 12 mois A partir de 35 €

Déjà abonné ?

Identifiez-vous