Entretien avec Bernard Debreu

Seclin (59) : la solidarité dans les gènes

par Franck Jakubek
Publié le 19 juin 2020 à 17:14

Seclin est une ville à taille humaine. Tout le monde se connaît ou presque. Les services publics y sont défendus comme jamais. Et l’équipe municipale et le personnel de la ville n’ont pas chômé pendant la pandémie. La droite rêve pourtant d’emporter la commune le 28 juin. En face, Bernard Debreu cultive une ambition de solidarité et de développement pour une commune solidement liée à la métropole lilloise. Entretien.

Comment avez-vous vécu les dernières semaines à Seclin depuis le 11 mai ?
Nous avons anticipé pour le dé-confinement. À Seclin, on a fait comme d’habitude : on a essayé de prendre de l’avance. Ici, les masques offerts par la Ville à tous les habitants ont été livrés avant le déconfinement. De même pour les masques de la Région. La première fois, le personnel municipal a assuré la distribution en porte-à-porte. La deuxième fois, étant donné les délais, tout a été mis sous enveloppe et distribué dans les boîtes aux lettres.
Pour le déconfin

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.
Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal, abonnez-vous à Liberté Hebdo.
Je m'abonne pour 1 mois A partir de 3 € Je m'abonne pour 12 mois A partir de 35 €

Déjà abonné ?

Identifiez-vous