Hénin-Beaumont

Relaxe pour la conseillère municipale écologiste

Publié le 13 novembre 2020 à 15:52

Depuis que l’extrême droite a pris la mairie d’Hénin-Beaumont, en 2014 avec reconduction aux dernières élections municipales, le maire Steeve Briois et son équipe n’ont de cesse de brimer l’opposition et la presse en s’attaquant à la liberté d’expression. Dernier épisode connu : le procès en diffamation contre l’élue écologiste Marine Tondelier. Elle vient d’être relaxée.

La XVIIème Chambre du Tribunal correctionnel de Paris a relaxé, ce vendredi 6 novembre, Marine Tondelier, conseillère municipale EELV d’Hénin-Beaumont ainsi que son éditeur, Les liens qui libèrent, poursuivis en diffamation par Steeve Briois, Bruno Bilde et Laurent Morel. Le maire RN d’Hénin-Beaumont, son adjoint de l’époque - aujourd’hui député et toujours conseiller municipal - et l’ancien DGS avaient porté plainte à la suite de la publication, au printemps 20

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.


Je m’abonne pour un mois
A partir de 5€

Je m’abonne pour un an
A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Hénin-Beaumont Grève illimitée des ambulanciers

Les salariés des ambulances Mériaux et Héninoises se sont mis en grève le mercredi 23 septembre sur leur site d’Hénin-Beaumont. Le mouvement a démarré après une réunion avec la direction, le 21 septembre, qui n’a débouché sur rien.
Pour de meilleures conditions de travail
Les ambulanciers (...)

En vue de la Régionale de 2021 L’Union dans l’action

Lors de la conférence régionale qui s’est tenue à Avion, ce samedi 26 septembre, le PCF a affiné sa stratégie en vue de l’élection régionale de mars 2021. L’idée d’un rassemblement des forces de gauche et écologistes fait son chemin afin de reconquérir une assemblée régionale confisquée par la (...)

Point de vue Le navire prend l’eau...

Las de voir son parti prendre des déculottées électorales, et sans doute inquiet pour son avenir, Pierre Person, délégué général adjoint de La République en marche a démissionné de sa fonction estimant que « le parti présidentiel n’est pas en mesure d’affronter la nouvelle étape du quinquennat (...)

Lire aussi :