© Marc Dubois
Sages-femmes en colère

« On vous a fait naître, il faut nous reconnaître »

par Philippe Allienne
Publié le 7 mai 2021 à 12:35

Si, à l’occasion de la journée internationale qui leur est consacrée, le 5 mai, elles n’ont pu se mobiliser comme elles l’auraient souhaité, les sages-femmes n’en ont pas moins rappelé leurs revendications et le mépris dans lequel elles sont considérées. Elles réclament notamment de meilleures conditions de travail mais, surtout, elles veulent être reconnues en leur qualité de personnels médicaux et non, comme aujourd’hui, paramédicaux.

Il y a les sages-femmes hospitalières et territoriales (relevant des conseils départementaux) dans le service public, il y a les sages-femmes du secteur privé avec, selon la fédération à laquelle elles sont rattachées [1], deux conventions collectives différentes. Dans tous les cas, l’Organisation nationale syndicale des sages-femmes (ONSSF) milite pour une revalorisation des points d’indice et des salaires. Les salaires ne dépassent pas 2 500 euros en fin de carrière et le

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.
Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal, abonnez-vous à Liberté Hebdo.
Je m'abonne pour 1 mois A partir de 3 € Je m'abonne pour 12 mois A partir de 35 €

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Notes :

[1Fehap (Fédération des établissements hospitaliers et d’aide à la personne) et la FHP (Fédération de l’hospitalisation privée).