TER

Pas d’assurance pour le maintien de la ligne Douai-Cambrai

par Mathieu Hébert
Publié le 30 novembre 2018

Contrairement à ce qu’en disent certains élus régionaux, l’avenir de la ligne TER Douai-Cambrai n’est pas garanti.

C’est ce qu’a rappelé le Collectif de Défense et de Développement des Services Publics du Douaisis (CDDSPD) lors d’une réunion publique à Cantin le 22 novembre.

« Seule la Région s’est dit prête à prendre en charge 50 % des investissements et l’Etat ne s’est pas encore prononcé. Ce qui veut dire que rien n’est fait  », explique Dominique Ben, animateur et porte-parole de ce collectif, qui réunit des cheminots des élus locaux et des usagers.

Le CDDSPD interpelle le sous-préfet de Douai, pour obtenir, dès le mois de décembre « une réunion avec l’ensemble des décideurs et interlocuteurs  » : Etat, Région, SNCF, Elus, cheminots et usagers. « En cas de non réponse ou de réponse défavorable  », le collectif organisera une m

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Béthune-Beuvry Des moyens pour le centre hospitalier

Plus de 400 personnes se sont rassemblées devant le centre hospitalier de Béthune le 5 février à l’occasion de la journée de grève interprofessionnelle. Cet hôpital de proximité n’en finit pas de subir des logiques comptables mises en œuvre par l’Agence régionale de santé.

Après avoir subi en 2018 la (...)

EUROPÉENNES Des candidats à l’écoute du terrain

« Depuis le meeting de Marseille, le 5 février, c’est mieux. Ça a donné la patate. Beaucoup de candidats ont retrouvé la pêche. » Ian Brossat, tête de la liste PCF aux élections européennes, mesure le bon accueil rencontré dans les médias et sur le terrain, à près de cent jours du scrutin. Il participait à (...)

A la Une :

EUROPÉENNES Des candidats à l’écoute du terrain

« Depuis le meeting de Marseille, le 5 février, c’est mieux. Ça a donné la patate. Beaucoup de candidats ont retrouvé la pêche. » Ian Brossat, tête de la liste PCF aux élections européennes, mesure le bon accueil rencontré dans les médias et sur le terrain, à près de cent jours du scrutin. Il participait à (...)

Lire aussi :