Lycéens et collégiens

Un déconfinement mi-figue, mi-raisin

par Philippe Allienne
Publié le 5 juin 2020 à 18:34

Les collégiens et les lycéens peuvent en principe retrouver le chemin de leur établissement après plus de deux mois de confinement. Une période pas toujours simple et qui, dans certains cas, va se prolonger. Témoignages.

Simon D. respire. Pour ce garçon calme et studieux, lycéen en Première générale, la perspective de passer l’oral de français ne pouvait que le stresser. Pendant toute la période de confinement, lui, comme tous les autres lycéens, n’avait aucune autre information que les déclaration du ministre Jean-Michel Blanquer le soir au journal télévisé. « Il apparaissait certain que l’oral serait maintenu, dit-il. Mais pour le reste, nous savions qu’il nous fallait étudier les quinze textes prévus. En janvier, on nous avait annoncé vingt textes. Mais le ministre en avait retiré cinq. Au moment du confinement, j’avais personnellement étudié onze textes en classe. Restaient les quatre autres. Je ne suis pas sûr qu’un texte préparé et étudié hors confinement et un texte préparé en confinement, donc par moi-même, aient le même niveau. Je ne pense pas que j’étais prêt pour les quatre textes que j’ai étudié chez moi, surtout quand on sait qu’il s’agit d’un oral long et avec beaucoup de choses à dire. Si vingt minutes avant l’épreuve j’étais tombé sur un texte vu pendant le confinement, j’aurais eu très peur. »
Heureusement, l’annonce du ministre de l’Éducation, qui supprime l’épreuve, a balayé cette crainte. Pour Simon, ce n’est pas du lux

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.
Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal, abonnez-vous à Liberté Hebdo.
Je m'abonne pour 1 mois A partir de 3 € Je m'abonne pour 12 mois A partir de 35 €

Déjà abonné ?

Identifiez-vous