Accueil  >  Sport  >  Cyclisme
Cyclisme

Eddy Merckx a 75 ans !

Publié le 10 juillet 2020 à 15:44

Celui qui possède le plus beau palmarès de l’Histoire du cyclisme vient de fêter ses 75 ans. Chez nos voisins belges, le Cannibale – surnom qui lui avait été attribué en raison de son appétit de victoires jamais rassasié – jouit toujours d’une côte de popularité sans faille. Pour comprendre ce phénomène, nous avons rencontré Johny Vansevenant, journaliste à la VRT (Radio TV publique d’expression flamande), auteur de plusieurs ouvrages consacrés au champion*.

Pouvez-vous nous expliquer d’où vient votre passion pour Eddy Merckx ?
Johny Vansevenant : Je suis né en 1958 et donc j’étais très content de sa victoire dans le Tour de France 1969 qu’Eddy a gagné avec près de 18 minutes d’avance, et en particulier la grande étape des Pyrénées vers Mourenx où il s’impose avec près de huit minutes d’avance. Je suis si heureux d’avoir vécu le cyclisme des années 60/70. C’était formidable pour les coureurs belges. Le cyclisme était un peu à nous ! Dans les classiques, nous avions déjà de bons coure

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.


Je m’abonne pour un mois
A partir de 5€

Je m’abonne pour un an
A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

René Moreu Un vaillant résistant n’est plus

René Moreu n’aurait de toute façon pas vu le Tour de France cette année. Cet illustrateur génial qui mit longtemps en page Miroir du cyclisme nous a quittés. Mais quand même, ce ne sera pas pareil sans lui.
Ancien résistant, peintre et illustrateur, ce fils de cafetier est né à Nice. Très tôt, il (...)

La campagne de France Le Nord envahi

Depuis septembre 1939, la « drôle de guerre » est faite d’escarmouches, de reconnaissances, de coups de main. Des corps francs partent au renseignement, faire des prisonniers ou tester les défenses ennemies. Les avions s’affrontent mais au sol, c’est l’attente. Les Allemands en ont fini avec (...)

Disparition Un vaillant résistant n’est plus

René Moreu n’aurait de toute façon pas vu le Tour de France cette année. Cet illustrateur génial qui mit longtemps en page Miroir du cyclisme nous a quittés.Mais quand même, ce ne sera pas pareil sans lui.
Ancien résistant, peintre et illustrateur, ce fils de cafetier est né à Nice.Très tôt, il devint (...)

Meilleurs vœux. Partie 2

Entre réalité et fiction, un lecteur fidèle nous raconte le monde soumis à l’épidémie et au confinement... Voici la deuxième partie de son récit.
Le pays était figé et malgré les discours qui se voulaient lénifiants quant à l’approvisionnement alimentaire qui serait assuré quoi qu’il arrive, les (...)

A la Une :

Formule estivale L’été en Liberté

À compter du 10 juillet, votre hebdomadaire vous propose quatre pages estivales consacrées au tourisme régional en Hauts-de-France, au sport, à la lecture et, de manière plus générale, aux loisirs pour toutes et tous. Liberté Hebdo ne fait donc pas de cure d’amaigrissement et garde ses vingt pages. (...)

Lire aussi :