Accueil  >  Sport  >  Football
Ancoub Mze Ali

Le jeune footballeur qui ne se prend pas la tête

par Ousmane Mbaye
Publié le 5 novembre 2019 à 16:09

L’international comorien (10 sélections) de 23 ans a signé le 6 août dernier un contrat d’un an avec l’équipe réserve du RC Lens après dix ans de bons et loyaux services rendus à l’OGC Nice. « Jeune expérimenté » de l’équipe réserve de Franck Haise, le néo-lensois pense désormais à l’équipe première. Portrait.

« Ancoub c’est un bosseur qui ne contente pas des miettes », la phrase d’Alain Cacchioni, son éducateur et « papa foot » durant ses années niçoises, résume à merveille Ancoub Mze Ali. Les sang et or ne s’y sont pas trompés en signant pour un an avec le joueur. Après dix années passées à l’OGC Nice, Ancoub Mze Ali a ouvert un nouveau chapitre de sa jeune carrière de footballeur.

Un coéquipier exemplaire

Au cœur de l’été, le joueur est en fin de contrat et sans club. Il avait gardé le contact avec son ancie

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Ancoub Mze Ali : 3 Questions à son frère ainé, Nassuf Mze Ali

La plus grande qualité d’Ancoub ?

Sympathique. Il a une grande faculté d’adaptation dans un groupe. Ce n’est pas quelqu’un qui va chercher les embrouilles. C’est une personne qui ne se prend pas la tête. Quand il est dans un groupe, il n’est pas là pour se la raconter, il est là pour performer dans un (...)

A la Une :

Coronavirus Appel au don du sang

En ces temps de crise sanitaire sans précédent, nos concitoyens malades ont toujours besoin de vos dons du sang. Malgré le confinement mis en place, les Français sont autorisés à se rendre dans l’Établissement français du sang (EFS) le plus proche de son domicile pour y donner son sang (sous réserve (...)

Coronavirus Soutenez les personnels de santé

Pour faire face à cette épidémie sans précédent, les personnels soignants, déjà éprouvés par des conditions de travail difficiles et des moyens insuffisants, sont en première ligne pour nous soigner et nous protéger. Ce sont aussi les premiers à être infectés par la maladie.

Afin de les remercier et leur (...)

Lire aussi :