© Jacques Kmieciak
À La Coupole

L’univers à portée de main

par JACQUES KMIECIAK
Publié le 27 janvier 2023 à 17:00

Un film (ISS Expérience) tourné au sein de la Station spatiale internationale et une exposition temporaire autour de la conquête de l’espace vue de France comptent parmi les nouveautés proposées au Centre d’histoire de la Coupole.

Depuis décembre, le planétarium nous invite à une balade en orbite autour de la Terre dans la Station spatiale internationale (ISS). La technologie en 3D nous offre cette incroyable sensation d’une immersion totale au sein de l’habitacle occupé par Anne McClain, David Saint-Jacques, Nick Hague et Christina Koch. Ces astronautes, américains et canadien, y ont travaillé en 2018 et 2019. Ils nous disent la difficulté à adapter son corps à la vie en apesanteur, les entraînements quotidiens, la vie en groupe dans un environnement isolé, les sens en éveil permanent pour réagir en cas de problème... Nous partageons leurs doutes et leur intimité jusqu’à pénétrer leurs « chambres » à coucher nichées au plafond tout en nous émerveillant au spectacle du « premier lever de soleil spatial ». « Ce film met l’accent sur le vécu des astronautes plutôt que sur la technique, c’est ce qui fait son charme », assure Nicolas Fiolet, astrophysicien rattaché à la Coupole.

L’espace à la française

En lien avec les 60 ans du Centre national d’études spatiales (Cnes), une exposition (« L’Espace à la française ») présente, jusque fin juin, le développement de l’exploration spatiale en France de l’origine à nos jours.
Elle débute par une série de portraits des pères fondateurs du vol spatial, du Russe Constantin Tsiolkovski à l’Américain Robert Goddard moqué en son temps par le New York Times pour avoir osé imaginer que l’homme irait sur la Lune. « Le journal s’excusera en 1969 à l’heure du premier pas de l’homme sur la Lune, mais Goddard n’était déjà plus de ce monde », souligne Philippe Queste, le directeur de la Coupole.

La tuyère qui a équipé le moteur Viking est l’une des pièces maîtresses de l’exposition.
© Jacques Kmieciak

L’exposition se prolonge par une approche des missions confiées au Cnes depuis sa naissance à Paris en 1962, avec de larges détours du côté de la Guyane. C’est en effet en 1968 que la France, ayant abandonné le site d’Hammaguir en Algérie, met en service un port spatial, le « meilleur site de lancement du monde » en Amérique du Sud. Depuis 1982, de Kourou, dix spationautes français dont une femme ont gagné le cosmos. Pleinement intégrée à la muséographie permanente sur les fusées de la V2 à Saturn 5, l’exposition présente «  des documents (plans, ouvrages) rarement montrés en provenance du centre spatial guyanais », se félicite Philippe Queste. Deux têtes de fusées Véronique conçues par Karl-Heinz Bringer, un ancien nazi recyclé par la France, un modèle de soufflerie d’Ariane 4 et des maquettes de différents lanceurs contribuent tout autant à l’attractivité d’une exposition conçue par Nicolas Fiolet.

La Coupole, rue André-Clabaut à Wizernes. Rens. au 03 21 12 27 27 et sur lacoupole-france.com.

Mots clés :

Pas-de-Calais