La belle Boulogne-sur-Mer

par FRANCK JAKUBEK
Publié le 26 juillet 2019 à 14:02 | Mise à jour le 27 juillet 2019

Du haut des remparts de Boulogne-sur-Mer, épargnés par les bombardements de la Seconde Guerre mondiale, deux mille ans d'histoire vous contemplent. Ce n'est pas Napoléon qui nous contredira. Lui qui, à peine rentré d’Égypte, voulait déjà conquérir l'Angleterre. Sa Grande Armée s’est forgée là, face à la mer. Un camp de toiles et de bois, avec plus de cent quatre-vingt mille soldats. Une vraie ville autour de la ville qui fit le bonheur des fermiers et des commerçants. Moins de ceux qui avaient une fille à marier, mais c'est une autre histoire. De ce camp le principal souvenir reste la colonne de la Grande Armée haute de 50 mètres.

Après en avoir grimpé les marches, on peut mirer et admirer les côtes anglaises dont finalement l’Empereur abandonna l'idée de la conquête, entraînant du coup ses troupes sur les chemins d’Austerlitz, où il vainquit le 2 décembre 1805, un an jour pour jour après avoir coiffé sa couronne. Si Villeneuve (l'amiral) n'avait pas failli devant Nelson à Trafalgar, Johnson (Boris) serait-il le Premier ministre britannique aujourd'hui ?

Guillaume le Conquérant, qui ne l'était pas encore alors, choisit de partir pour l’Angleterre par Saint-Valéry-sur-Somme, en 1066. Plus au sud, certes, quand d'autres pendant longtemps partaient de Wissant, comme d'Artagnan en mission, pour rallier la Perfide Albion. C'était avant que Calais devienne le premier port voyageur. C'était avant le Tunnel. Il y avait encore une liaison à partir de Boulogne. Depuis, elle n'existe plus.

Coquillages et crustacés

Le premier port de pêche de France est aussi premier en Europe dans la transformation des produits de la mer, avec l'activité menée sur la zone de Capécure, de Findus à Delpierre. Le poisson est roi à Boulogne. Le bon plan est de faire ses achats sur les étals des pêcheurs, directement sur le quai Gambetta. Les prix et la fraîcheur sont imbattables. Et vous aurez peut-être la chance de pouvoir vous offrir un homard à un prix raisonnable. Nausicaa, sublimé par ses travaux d'extension, attend petits et grands. Quasiment en face, au 16 de la rue du Mâchicoulis, la Maison de la Beurière est à visiter.

Dans cette ruelle en escalier, dernier vestige de l'ancien quartier des pêcheurs rasé lors des bombardements de la 1939-1945, vous vous plongerez dans un intérieur de marin, préservé. Mais pour la fraîcheur, le meilleur spot est sans conteste le château-musée de la ville situé dans la forteresse. Vous pourrez y admirer de forts belles toiles et sculptures, les collections offertes par les explorateurs boulonnais, mais surtout, descendre voir les vestiges de l'enceinte romaine. Et là, vous serez à l'abri de la canicule. Si vous couplez avec la visite de la crypte de la basilique voisine, vous ne regretterez pas le voyage.

Et grâce au TER, la ville est accessible aussi pour la journée. Se loger aux environs ne pose guère de problèmes, à condition de réserver pour éviter les mauvaises surprises. Hôtels, chambres d'hôtes, gîtes ruraux et campings proposent des tarifs pour toutes les bourses. De nombreux établissements acceptent les chèques-vacances même s'il est préférable de toujours demander au préalable. Dommage qu'à proximité, au Portel, le camping, cher aux anciens et aux mineurs de la région, soit devenu bien trop onéreux pour les familles nombreuses et les petits budgets.

Lire également

Ces articles peuvent vous interesser :

Le béton, témoin du passé

Si la Normandie est toujours évoquée à cause des plages du Débarquement, la Côte d’Opale est la championne toutes catégories du béton sur les plages. Proximité avec l’Angleterre oblige, les services secrets alliés avaient réussi à persuader les généraux d’Adolf Hitler que le détroit du (...)

Autour de Dunkerque

À proximité, Gravelines, connue pour sa centrale, dispose aussi d’un formidable musée du dessin et des estampes. Et ses fortifications, intactes, présentent un bel ensemble architectural qui mérite la visite.

Une belle promenade de deux heures entre bastions et fossés et puis un arrêt (...)

A la Une :

Ascoval au régime de la douche écossaise

Les 270 salariés d’Ascoval, à Saint-Saulve, en sauront sans doute plus dès ce week-end. La chambre correctionnelle du tribunal de grande instance de Strasbourg a en effet convoqué, ce vendredi 21 juin, Ascoval et son repreneur British Steel ou plutôt, la holding qui est détenue par le (...)

Les Oliveaux Pourquoi tuer Kennedy ?

La tour n’est pas insalubre et les mesures de sécurité propre à ce type de construction sont respectées.

Pourquoi veulent-il abattre la tour Kennedy ? Le comité de défense (lire ci-des-sus) note que les visites de sécurité sont régulières et que les normes anti-incendie sont (...)

Lire aussi :