©Jacques Kmieciak
Auchel.

Philippe Crespin ou la dévorante passion de la colombophilie

par JACQUES KMIECIAK
Publié le 26 août 2022 à 18:16

Le musée municipal accueille jusqu’en 2023 une exposition autour de la colombophilie. Rencontre avec Philippe Crespin, son concepteur.

La colombophilie prend son essor en Belgique au début du XIXe siècle, avant de s’imposer dans la métropole lilloise, puis de gagner le Bassin minier. Ici, « l’élevage de ces oiseaux permettait aux mineurs qui exerçaient un métier pénible de s’évader. C’était un moyen de valorisation aussi. Le mineur était maître de sa colonie ». Dans l’Hexagone, le Nord-Pas-de-Calais reste une place forte d’une discipline qui « comptait, sur le plan national, 100 000 licenciés en 1950 », précise Philippe Crespin. Ils ne sont plus aujourd’hui que « 8 000 à pratiquer une activité qui s’apparente plus à un mode de vie qu’à un loisir. En effet, on s’occupe de ses pigeons toute l’année. Le samedi, c’est la préparation des concours, le lendemain, c’est le retour des pigeons. Le reste de la semaine est consacré à l’élevage, les expositions, la préparation des oiseaux »

Passion familiale

C’est au contact de son grand-père Louis Bourgois, électricien aux Mines, lui-même colombophile, qu’est née, enfant, une passion pour les concours d

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.
Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal, abonnez-vous à Liberté Hebdo.
Je m'abonne pour 1 mois A partir de 3 € Je m'abonne pour 12 mois A partir de 35 €

Déjà abonné ?

Identifiez-vous