Crise sanitaire

Un accélérateur des programmes de surveillance

Entretien avec Olivier Tesquet

Publié le 9 avril 2020 à 18:52 | Mise à jour le 10 avril 2020

Depuis le début de l’épidémie de Covid-19, différentes stratégies de gestion de la population ont été mises en place à travers le monde (voir notre article). En France, le respect du confinement décrété par le gouvernement depuis le 16 mars repose essentiellement sur une présence policière dans le domaine public. Pour nous éclairer sur l’impact de ces mesures de surveillance, entretien avec Olivier Tesquet, journaliste spécialiste des questions numériques et auteur du livre À la trace. Enquête sur les nouveaux territoires de la surveillance [1].

Depuis le début des mesures de distanciation sociale et de confinement, la puissance publique s’est appuyée sur des moyens nouveaux pour s’assurer de la bonne observation des règles par la population. À Nantes, un hélicoptère équipé d’une caméra à vision thermique survole la ville et ses alentours la nuit afin de déterminer si les règles du confinement sont bien respectées par les habitants. Dans d’autres villes, voire mêmes villages, ce sont des drones qui sont utilisés afin de diffuser des messages aux habitants qui se trouveraient à l’extérieur. Pour Olivier Tesquet, cette crise sanitaire contribue à renforcer le rôle de l’État, à la fois au niveau régalien mais aussi sécuritaire, ce qui explique les nombreuses prises de paroles des différents membres du gouvernement. Si ces derniers jours ont vu éclore un débat autour de l’utilisation du « tracking » (ou « traçage », sous-entendu numérique) afin de surveiller et limiter la propagation du virus, ces techniques de surveillance existent en fait depuis plusieurs années et sont souvent déjà présentes dans le quotidien des citoyens.

Des acteurs sécuritaires des données saisissent donc cette fenêtre d’opportunité pour proposer leur aide (comprendre leurs bases de données) aux gouvernements (NSO en Israël, Palantir auprès de l’APHP ou en Grande-Bretagne...). Cette conversion est notamment possible parce que ces entreprises disposent actuellement d’un auditoire prêt à renforcer sa sécurité par peur de l’épidémie. C’est d’ailleurs une crainte émise par l’auteur qui voit dans le discours belliciste du président de la République une continuité avec celui de Manuel Valls en 2015. « Dans les deux cas on est “en guerre”. Il y a quatre ans contre les terroristes, aujourd’hui contre le virus Covid, mais le discours est le même. » Une des mesures phares - qu’on retrouve d’ailleurs dans les mesures d’état d’urgence post-attentats - est l’assignation à résidence. « On peut penser que demain l’application annoncée par le gouvernement exclura certaines personnes de l’espace public » poursuit Olivier Tesquet. Hier le terroriste, aujourd’hui et demain le corps malade.

Lire aussi notre article sur la surveillance numérique à l’échelle mondiale.

Stigmatisation des malades

Ce discours guerrier a une autre conséquence, celui de stigmatiser une partie de la population, comme les habitants de la Seine-Saint-Denis par exemple. « Le 93 a été le département francilien le plus vite saturé, plus certainement car c’est dans ce département que vivent ceux qui continuent de travailler dans des conditions sanitaires inadaptées à la situation. » Cette stigmatisation n’est pas simplement géographique, elle est aussi une réalité pour le personnel soignant confronté aux messages désobligeants les invitant à changer d’appartement le temps de l’épidémie. Le discours que tient le gouvernement pousse les citoyens à se comporter en auxiliaires de police, une démarche facilitée soit par le temps disponible, soit par les moyens technologiques : « Chacun d’entre nous peut suivre ses amis sur les réseaux sociaux et vérifier qu’ils sont biens chez eux ou qu’ils ne postent par de contenu depuis l’extérieur. »

Bien qu’on ne connaisse pas encore sa date exacte, le déconfinement aura bien lieu un jour, peut-être en plusieurs étapes. Toutefois, pour que l’application de traçage du gouvernement fonctionne, il faudra un taux de pénétration relativement élevé. « On estime qu’il faut que 60 % de la population l’utilise pour qu’elle soit efficace [l’application], or le taux d’équipement en smartphone en France est à peine plus important...  » précise Olivier Tesquet, ce qui signifie donc qu’il faut que quasiment l’intégralité des possesseurs de smartphones soient utilisateurs « volontaires » d’une telle application. Là encore, « l’aspect volontaire est tout à fait relatif. Si l’utilisation n’est pas obligatoire aujourd’hui, sa non-utilisation peut devenir excluante ». Être un bon citoyen pourra donc signifier demain être un utilisateur de la technologie de tracking.

Notes :

[1À la trace. Enquête sur les nouveaux territoires de la surveillance, Olivier Tesquet, Premier Parallèle, janvier 2020, 256 pages, 18 €.

Ces articles peuvent vous interesser :

Feuilleton La vie secrète de JPM (10)

JPM vous a proposé de suivre un feuilleton inédit qui vous a plongé dans son quotidien durant le confinement : « La vie secrète de JPM ». Dans l’épisode précédent, il découvrait avec stupeur le décès de tata Rosa. Ce dernier épisode, il laisse à Maryline Cheap le soin de vous le raconter...
« Maryline ! (...)

Renault MCA Maubeuge : retour en images sur la marche du 30 mai

Samedi 30 mai, plus de 8 000 personnes ont marché de l’usine MCA Maubeuge jusqu’à l’hôtel de ville pour contester le plan de fusion avec l’usine Renault de Douai. Élus, syndicalistes, salariés et citoyens étaient réunis ce matin contre ce projet, pour préserver les emplois et le savoir-faire de l’usine de (...)

Témoignage Dépistage : entre principes et réalité

Une lectrice atteinte du Covid-19 nous a fait part de son désarroi face à la difficulté de se faire dépister, en plein cœur de la métropole lilloise, au milieu du mois de mai. Elle nous explique pourquoi elle a finalement dû y renoncer, malgré l’importance des tests pour endiguer l’épidémie alors que le (...)

Spycker De la terre à l’assiette

Il n’y a pas de travail plus noble selon les Grecs anciens. La terre, et ses produits, ont de moins en moins de travailleurs disponibles. Les profits, eux, n’ont jamais été aussi importants pour les grands groupes agro-alimentaires et la pression si forte sur les épaules des paysans au bord de (...)

Camélia Jordana Pour une police républicaine !

Il faut être déséquilibré ou ne pas tenir sur ses deux jambes pour souhaiter que la police française ne puisse pas travailler dans un cadre républicain. C’est le problème de fond qu’a soulevé Camélia Jordana, actrice et chanteuse, lors de l’émission de Laurent Ruquier « On n’est pas couché » le 23 mai (...)

A la Une :

Déconfinement Comment bien porter un masque ?

Le port du masque est désormais obligatoire dans certains lieux publics, notamment dans les transports, mais aussi dans les magasins, chez le médecin, sur le lieu de travail, etc. Voici comment bien porter un masque pour se protéger et protéger les autres.
Comment porter un masque chirurgical en (...)

Lire aussi :