Accueil  >  Les brèves

L'actu sous forme de brèves

Premières auditions de la commission d’enquête des effets de la Covid-19 sur les jeunes

Mardi 8 septembre,Marie-George Buffet a présidé,en tant que rapporteure, la réunion constitutive de la commission d’enquête pour « mesurer et prévenir les effets de la crise du Covid-19 sur les enfants et la jeunesse ». Les premières auditions se sont tenues jeudi 17 septembre. Tout au long de la matinée, les parlementaires ont reçu les représentants de la jeunesse lors de deux tables rondes qui ont réuni les associations puis les syndicats. Parmi les associations entendues, la CNAJEP, le FFJ, la JOC, le MRJC, et un représentant du CESE. Du côté des syndicats, les représentants de la Fage, l’Unef, L’alternative et l’Uni ont également été rencontrés.

En savoir plus

Porte du Hainaut. Une TEOM pour compenser les baisses de dotation de l’État

Lundi 14 septembre,les élus de la communauté d’agglomération de La Porte du Hainaut (CAPH) ont adopté à la majorité l’instauration d’une taxe d’enlèvement des ordures ménagères (TEOM). Cette dernière sera appliquée dès 2021 à hauteur de 15,62 %. Depuis 2001, le coût de la collecte et du traitement des déchets (délégués au SIAVED depuis 2017) était supporté par l’agglomération, pour un montant total de 260 millions d’euros. La CAPH a rappelé dans un communiqué qu’elle était « l’une des rares agglomérations du territoire national où la TEOM n’était jusque là pas instaurée », dans un contexte de « réduction importante des financements de l’État », de « suppression de la taxe d’habitation pour 80 % des foyers » et de « demande de services supplémentaires » de la part des habitants pour faire face aux enjeux économiques et environnementaux. Cette TEOM devrait donc permettre de « financer de nouveaux projets, répondre au besoin de collectes plus important, dépolluer les zones naturelles et urbaines souillées par les dépôts sauvages, en d’autres mots, améliorer le cadre de vie ».

En savoir plus

Ciné-Mémoire. Projection du Brasier à Bruay-La-Buissière

Sorti en salles en 1991, Le Brasier, un film d’Éric Barbier avec Jean-Marc Barr et Maruschka Detmers, sera diffusé au cinéma « Les Étoiles » de Bruay-La-Buissière. C’est l’histoire d’une romance tumultueuse entre un mineur polonais et une Française, avec en toile de fond les tensions ethniques et sociales (grèves, expulsions) propres au « Pays noir » des années 1930. Cette fiction « charrie des sujets qui touchent à l’histoire du Bassin minier », note Alexandre Dupretz, en charge de la programmation. « Ce film n’ayant jamais été masterisé, il n’en reste que quelques copies en pellicule “35 mm”. Il nous renvoie donc à l’histoire du cinéma, aux conditions techniques de la projection cinématographique », poursuit-il. Le samedi 19 uniquement, des visites de la cabine de projection seront aussi proposées au public, sur réservation, avant et après la séance (à 19 h 30 et 22 h).

Ces samedi 19 septembre à 20 h et mardi 22 septembre à 14 h 30 au cinéma Les Étoiles, 102, rue du Périgord à Bruay- La-Buissière. Tarif : 5 euros. Tel : 03 21 01 75 25.

En savoir plus

Climat. Les lycéens ont la parole

Mardi 15 septembre, les élèves du lycée Gérard-de-Nerval à Soissons ont rencontré le conseiller régional à la transition climatique dans le cadre de la concertation climat lancée en janvier dernier. Cet échange a été suivi dans la soirée d’une consultation publique ouverte à tous les habitants. L’objectif est de récolter des idées d’actions concrètes en faveur du climat.
Les prochaines rencontres sont prévues le 6 octobre à Valenciennes, le 10 novembre à Calais, le 17 novembre à Compiègne et le 8 décembre dans la métropole lilloise. Infos : https://www.concertation-climat.fr/.

En savoir plus

Gilets jaunes. Retour mitigé

Ils étaient environ 300, samedi 12 septembre, à manifester pacifiquement à Lille. Le retour des Gilets jaunes se fait timidement, avec ou sans le vêtement fluo, mais toujours des revendications très éclectiques : pouvoir d’achat, non à la précarité, refus d’un système discriminatoire, liberté... Voire même : liberté ou non de porter le masque contre la Covid ! Un manifestant a d’ailleurs été verbalisé en fin de parcours parce qu’il ne portait pas de masque.

En savoir plus

Calais. Interdiction des distributions de repas aux migrants

Depuis le 11 septembre, un arrêté préfectoral interdit aux associations « toute distribution gratuite de boissons et de denrées alimentaires sur certains secteurs du centre-ville » de Calais, et ce jusqu’au 30 septembre. Dans un communiqué, la préfecture a précisé que les dispositifs humanitaires devaient « être et rester localisé[s] à l’extérieur du centre-ville, dans des lieux suffisamment éloignés des secteurs habités et des grandes voies de circulation, pour ne pas gêner les habitants ».

En savoir plus

Sans papiers. Nouvelle nuit blanche pour la régularisation

Une régularisation massive. C’est ce que réclament les sans-papiers qui, à l’appel de leur comité (le CSP59), ont à nouveau organisé une manifestation suivie d’une nuit blanche, place de la République à Lille, ce mercredi 16 septembre. Cette initiative a encore été soutenue par la Fédération du Nord du PCF qui a ouvert ses locaux toute la nuit pour l’occasion. « Si nous avons choisi la France, c’est parce que pour nous c’est un pays de cœur », dit Sandrine pour qui « une régularisation massive est indispensable pour s’intégrer et vivre normalement ». Les dossiers déposés avant le confinement demeurent bloqués.

En savoir plus

La MEL vire Bolloré

La Métropole européenne de Lille a décidé de rompre son contrat avec le groupe Bolloré pour l’installation de bornes pour véhicules électriques sur les communes de son territoire. Alors que ce contrat prévoyait 167 bornes avant la fin de l’année dernière, seules 20 ont été installées. Face à ce retard, la MEL a préféré rompre plutôt que tenter de renégocier, et se charger elle-même de l’équipement des communes, comme elle l’a déjà fait pour les plus petites. Elle y consacrera une enveloppe de 1,5 à 2 millions d’euros. Le divorce entre les deux partenaires devrait être prononcé lors du conseil communautaire du 16 octobre.

En savoir plus

Le chiffre de la semaine : 850

C’est le nombre de colis alimentaires d’urgence que prépare chaque semaine l’entrepôt du Secours populaire de Roubaix. Avant le confinement, ce chiffre était de 500 par mois. La crise sanitaire a durement frappé les familles les plus modestes et monoparentales, les retraités, les travailleurs pauvres, voire des jeunes célibataires tombés sous le seuil de pauvreté. Au départ prévus pour la seule période de confinement, les colis d’urgence s’avèrent plus que jamais nécessaires. Selon la Banque alimentaire du Nord, les bénéficiaires ont augmenté de 10 % dans le département.

En savoir plus

Économie. Les salariés, variable d’ajustement de la fusion Suez/Véolia ?

Les salarié·es ne doivent pas être la variable d’ajustement de cette fusion. » Il alerte également sur le risque pour les usagers et les collectivités de voir les prix de la gestion de l’eau et des déchets s’en- voler face à une entreprise en situation de quasi monopole. « Nos communes, nos agglomérations risqueraient demain, si l’opération était menée à son terme, de se voir imposer des tarifs élevés pour tous ces marchés publics. Cela conforte encore plus notre proposition de mettre en place des régies publiques pour toutes ces activités de la vie quotidienne » conclut-il.

En savoir plus

Hellemmes.Pétition pour la gratuité des masques

La section communiste d’Hellemmes a organisé, ce samedi 5 septembre sur le marché, une distribution de tracts sur la rentrée. Elle a aussi diffusé la pétition du PCF pour la gratuité des masques « avec une prise en charge par la Sécurité sociale ». L’initiative a été particulièrement bien accueillie par les habitants et n’a pas manqué de susciter de nombreux échanges et discussions. La protection sociale a été particulièrement abordée.

En savoir plus

Cargill. Recours contre le PSE et proposition de loi

Alors que le groupe Veolia souhaite racheter les parts d’Engie dans le groupe Suez, pour, à terme, opérer la fusion des deux structures, Fabien Roussel s’est inquiété du sort des salariés dans un communiqué daté du 8 septembre. « Cette opération capitalistique, pour bâtir un géant de l’eau, de la collecte et du traitement des déchets, inquiète beaucoup de monde. D’abord les salarié·es qui vont entendre parler de “synergie” et donc de “restructuration”. Les salarié·es ne doivent pas être la variable d’ajustement de cette fusion. » Il alerte également sur le risque pour les usagers et les collectivités de voir les prix de la gestion de l’eau et des déchets s’envoler face à une entreprise en situation de quasi monopole.

En savoir plus